ACTUALITÉS

International
La Chambre vote, à l’unanimité, la proposition visant à reconnaître et à poursuivre les crimes de génocide à l’encontre des Yézidis
Le vendredi 16 juillet 2021

Hier, ce jeudi 15 juillet, la Chambre a voté à l’unanimité la proposition de résolution visant à reconnaître et à poursuivre les crimes de génocide à l’encontre des Yézidis, cosignée par DéFI

Par cette résolution, la Chambre « reconnaît et condamne » le crime de génocide perpétré par l’État islamique en Irak et en Syrie à l’égard des Yézidis à partir de 2014. Les députés demandent en outre au gouvernement fédéral d’utiliser « toutes les voies de droit interne et international pour s’assurer que le crime de génocide perpétré contre les Yézidis en Irak et en Syrie par l’État islamique ne reste pas impuni. » Les élus demandent également à l’exécutif « d’encourager et de soutenir les efforts de la justice belge afin d’identifier et de poursuivre en justice les éventuels auteurs belges de crimes à l’égard de la communauté yézidie. » Ils appellent en outre la Belgique à participer au retour des yézidis sur leur terre et à aider à la reconstruction. 

Condamner les crimes de guerre

Lors de la séance plénière François De Smet soulignait : « Le Moyen Orient est encore et toujours sous pression et instable. Cela profite aux groupes terroristes organisés qui tyrannisent les populations les plus démunies. C’est le cas malheureux des Yézidis en Irak et en Syrie. Le chef de l’équipe d’enquêteurs des Nations Unies a été très clair. Les attaques commises contre les Yézidis constituent bel et bien un génocide ! Le conseiller spécial de l’UNITAD a d’ailleurs conclu que ces attaques constituaient des crimes de guerre tels que des meurtres, des actes de tortures, des traitements cruels et des atteintes à la dignité humaine.  Ces actes horribles ne sont malheureusement pas récents. Un rapport de Human Rights Watch de septembre 2019 faisait déjà état de violations graves aux droits des femmes et filles Yézidies, dénonçant ainsi un système organisé de viol, d’esclaves sexuelles et de mariage forcé par l’État Islamique. 

Amnesty International dénonçait également le 30 juillet 2020 la maltraitance commise à l’égard des enfants yézidis par les membres de l’État Islamique. Ce sont presque 2.000 enfants qui ont été enlevés, torturés, contraints de se battre et violés. Leur triste sort ne s’arrête pas pourtant une fois relâchés. Car ces enfants sont alors démunis et ont besoin d’une aide d’urgence de la part des autorités nationales en Irak et de la communauté internationale. 

Le témoignage de Sahir est aussi édifiant que difficile à entendre ! Recruté de force à l’âge de 15 ans, il a été contraint de se battre pour ne pas se faire tuer. Il explique également ne pas avoir reçu de soutien de ses proches et des autorités une fois revenu de captivité. Ce cas non isolé montre avec effroi la barbarie du fonctionnement de l’État Islamique et le manque d’aide apportée à ces victimes. 

Cette résolution permet donc à notre parlement de montrer notre détermination à ce que tout crime de guerre, toute violation à la dignité humaine, toute violation aux droits humains soit dénoncée et condamnée. En tant que représentants d’un pays démocratique qui défend l’état de droit et le respect de la dignité humaine, nous ne pouvons laisser passer une telle barbarie. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
“J’ai joué le rôle de lanceur d’alerte”
Woluwe-Saint-Lambert “J’ai joué le rôle de lanceur d’alerte”
Sans-papiers : Trois propositions pour en sortir par le haut
Carte blanche Sans-papiers : Trois propositions pour en sortir par le haut
“Sans-papiers : Nous ne voulons plus des méthodes de Theo Francken”
Interview “Sans-papiers : Nous ne voulons plus des méthodes de Theo Francken”
“Il y a des moments où il est complexe de décider. Je me demande tout le temps si j’ai pris la bonne décision”
Schaerbeek “Il y a des moments où il est complexe de décider. Je me demande tout le temps si j’ai pris la bonne décision”