ACTUALITÉS

Journée internationale contre les violences faites aux femmes
"La Belgique a une obligation morale et juridique d’offrir des réponses aux violences faites aux femmes"
Le lundi 25 novembre 2019

En ce 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, DéFI rappelle que nos députés fédéraux ont déposés deux textes à la Chambre visant :

  • l’inscription du féminicide dans le code pénal
  • l’élaboration d’un plan d’action national de lutte contre les violences faites aux femmes.

Le rôle du Code pénal

Sophie Rohonyi et François De Smet, députés fédéraux, demandent l’inscription du féminicide dans le code pénal. Sophie Rohonyi explique au Soir : « Cette inscription n’est pas la seule solution. Cela doit s’inscrire dans un plan global. On parle beaucoup de la réforme du code pénal. Les drogues y ont-elles toujours leur place ? A l’inverse, est-il normal que le féminicide n’y ait pas sa place ? Le code pénal prévoit déjà des infractions spécifiques, à savoir les parricides et infanticides. Nous souhaitons donc inscrire le féminicide à la suite de ces crimes que le législateur a considérés comme suffisamment graves au point d’en faire des infractions pénales autonomes. Le rôle du code pénal est de dire à la société ce qui est répréhensible ou pas. Est-ce qu’on considère comme normal qu’entre 30 et 40 femmes par an en Belgique se fassent tuer parce qu’elles sont des femmes ? »

Plan national : « Chaque victime est une victime de trop »

Un plan d’action national fait également l’objet d’une proposition de résolution déposée par nos deux députés. « La Belgique a une obligation morale et juridique d’offrir des réponses aux violences, surtout depuis qu’elle a ratifié la Convention d’Istanbul. Cette convention contre les violences machistes se fonde sur les « quatre P » : la prévention, la protection des victimes, les poursuites et les politiques intégrées. Dans notre proposition, nous plaidons pour la création d’un organe de coordination. Nous demandons également au gouvernement fédéral de développer des mesures visant à protéger les victimes de violences, ainsi que leurs enfants. Ou encore, de rendre obligatoire la formation à l’accueil des victimes de violences sexuelles et familiales pour les médecins, les magistrats, et les policiers. Nous souhaitons la création d’un centre d’expertise autonome sur les violences qui aurait notamment pour mission de collecter des statistiques officielles. Pour finir, nous pensons qu’il est nécessaire de créer un fonds spécifique pour les victimes de violences.

Chaque victime est une victime de trop. Tous les membres des partis démocratiques ont intérêt à agir en conséquence, sans quoi ce sont les partis populistes qui surfent sur ces drames. Nous sommes dans un momentum, avec la formation du prochain gouvernement. La lutte contre les violences doit être une priorité dans le prochain accord de gouvernement. Même si on peut déjà agir maintenant. »

DéFI soutient #MirabalBelgium

Dans le cadre de la mobilisation nationale proposée par Mirabal Belgium, DéFI participe à l’action « Des # et une main levée pour dire non aux violences contre les femmes. »

DéFI à la Manifestation nationale à Bruxelles

Ce dimanche 24 novembre, Mirabal Belgium organisait une grande manifestation nationale à Bruxelles pour dire STOP aux violences faites aux femmes. DéFI a répondu à l’appel !

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Pouvoirs locaux Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
DéFI prône le multilinguisme des élèves plutôt que le bilinguisme des structures
Wallonie-Bruxelles DéFI prône le multilinguisme des élèves plutôt que le bilinguisme des structures
François De Smet à la rencontre des acteurs de terrain sur l’intégration et la coordination alimentaire
Province du Luxembourg François De Smet à la rencontre des acteurs de terrain sur l’intégration et la coordination alimentaire
Amaury Alexandre soutient l’économie circulaire grâce à une unité de biométhanisation
Province de Namur Amaury Alexandre soutient l’économie circulaire grâce à une unité de biométhanisation
La participation citoyenne au cœur de l’action de Pascal Goergen
Grez-Doiceau La participation citoyenne au coeur de l’action de Pascal Goergen