ACTUALITÉS

à la rencontre de nos élus (6)
Joëlle Maison : « Notre enseignement doit assurer à chaque enfant la faculté de comprendre, de communiquer et d’évoluer mais on n'a plus de temps à perdre »
Le dimanche 4 août 2019

Tout au long de l’été, nous vous proposons d’aller à la rencontre de nos nouveaux parlementaires à la Chambre et au Parlement bruxellois au travers de portraits tant personnels que politiques. Rendez-vous avec Joëlle Maison, députée bruxelloise DéFI et cheffe de groupe DéFI au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

1. Si vous deviez définir DéFI en une phrase, quelle serait-elle ?

DéFI est le parti de la réconciliation entre les trois piliers du développement durable : une économie créative, un modèle de société qui protège les plus fragiles et des préoccupations environnementales qui orientent chacune de nos décisions.

2. Comment expliqueriez-vous les valeurs de DéFI en quelques mots à un ado ?

DéFI est un parti indépendant des groupes de pressions ou des piliers. Attaché à la défense du droit des minorités et la lutte contre les conservatismes. C’est le parti de l’inclusion, des libertés et de la laïcité au sens le plus noble du terme. Avec un modèle d’enseignement très différent de celui que nous connaissons aujourd’hui. Une école qui ne prétend pas formater, mais orienter. Une école ouverte et adaptée à l’évolution de la société et aux nouveaux métiers. Une école où les disciplines artistiques et techniques viennent renforcer les apprentissages fondamentaux. Une école qui fait sens et qui, loin de lisser les différences, met en valeur les particularités et talents de chacun. Une école où l’on n’inculque pas de certitudes mais où l’on apprend précisément à les remettre en question.

3. Si tout était possible, quelle serait la mesure concrète et précise que vous prendriez dès demain ?

Si tout était possible, je prendrais des mesures visant à ce que chaque élève puisse avoir un enseignant présent, compétent et motivé en classe. Ce qui implique d’importantes réformes. Mais on n’a plus le temps d’attendre. Notre enseignement doit assurer à chaque enfant la faculté de comprendre, de communiquer et d’évoluer en commençant par la maîtrise approfondie de la langue et le développement progressif de son esprit critique. Aujourd’hui, pour diverses raisons dont une pénurie sans précédent liée à un manque cruel d’attractivité de la fonction d’enseignant, ces compétences-là ne sont plus assurées. La situation est grave.

4. Qu’aimeriez-vous que l’on dise de votre mandat au terme de la législature qui vient de commencer ?

Un mandat politique est avant tout une responsabilité. Ce qui implique de travailler sans relâche et d’avoir le courage de prendre de la distance par rapport à l’expression d’intérêts particuliers. Les femmes et hommes politiques ne sont pas désincarnés. Notre action politique dépend de ce que nous sommes, de notre vécu, de notre sensibilité. Mais il est essentiel de pouvoir dans un tel contexte initier ou contribuer à des réformes pensées sur un temps long, qui va au-delà de notre mandat. Notre mission est d’être utiles et de produire des résultats. Pas d’être populaires et d’assurer notre réélection.  Durant mon mandat, j’aimerais que nous nous montrions à la hauteur de ces enjeux-là. Produire du résultat. Réussir à concilier dialogue avec les citoyens et souci de l’intérêt général.

5. Vous ne seriez pas là où vous êtes aujourd’hui sans…. ?

Ma famille, mes amis, mes amours, mes adversaires. Celles et ceux qui m’ont fait confiance. Chacun se reconnaîtra. 

6. Quel trait de votre personnalité (hobby, loisir, caractère…) pourrait vous servir au cours de cette législature ? 

Un certain talent pour créer des liens entre les gens, entre les disciplines ou les structures. Plus qu’une qualité, c’est une attitude, quelque chose d’ancré en moi qui surgit assez spontanément. Tout ce qui sort du cadre m’attire et m’intrigue. Cela ne facilite pas toujours la vie au quotidien – la mienne comme celle de mes proches, mais ce trait de caractère permet une remise en question permanente, une réflexion et une action susceptibles de rassembler au-delà des partis.

7. Si vous deviez faire une déclaration d’amour à votre commune, que diriez-vous ?

Uccle, ta singularité, tes espaces verts, tes chemins de traverse, tes fractures, tes privilèges moqués et ta diversité souvent ignorée. Une commune riche d’habitants aux facettes multiples et à la créativité débordante, qui ne saurait être réduite à un cliché.

8.  Quelle est la/le citation/mantra/proverbe  ou que vous affectionnez particulièrement ? 

Une citation de Montaigne, un peu triviale, que chacun devrait toutefois se remémorer de temps à autre : « Sur le plus beau trône du monde, on n’est jamais assis que sur son cul ! ». Dans les Essais, ce philosophe du 16° siècle témoigne d’une grande modernité pour son époque, en particulier dans deux domaines qui me sont chers : la pédagogie et les rapports entre l’homme et la nature.

9. Si vous pouviez discuter/débattre avec une célébrité/personnalité (vivante ou décédée) durant 1h, quelle serait-elle ? Quels sujets souhaiteriez-vous aborder et pourquoi ?

Charlie Chaplin. L’un des plus plus grands artistes de tous les temps. Acteur, musicien, scénariste, compositeur, écrivain, mime, humoriste… Un visionnaire, un résilient, un homme d’une finesse extraordinaire. J’aimerais débattre avec lui d’enseignement et de culture. 

10. Quel moment difficile de votre vie vous a aidé à rebondir ou vous a appris quelque chose d’essentiel pour poursuivre votre chemin professionnel et/ou personnel ?

À chaque étape de ma (mes) vie(s) professionnelle(s) je me suis sciemment confrontée à des peurs que je suis plus ou moins arrivée à dépasser. Enfant, ma timidité était paralysante. Le constat de ce handicap et ma détermination à le faire évoluer ont participé à m’orienter dans mes choix professionnels. Mes premières plaidoiries comme avocate ou mes premières interventions dans ma fonction d’échevine de l’Enseignement furent de véritables épreuves. Etre arrivée à les traverser sans trop d’égratignures est une satisfaction et un encouragement à me dépasser, encore et toujours. Rien ne serait donc impossible ?

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Jeunesse/Environnement : Une grainothèque pour sensibiliser au développement durable et favoriser la mixité sociale
Jeunesse/Environnement Une grainothèque pour sensibiliser au développement durable et favoriser la mixité sociale
Wallonie : Tubize relance son piétonnier à l’occasion d’un week-end de festivités
Wallonie Tubize relance son piétonnier à l'occasion d'un week-end de festivités
Mobilité : Woluwe-Saint-Lambert propose une prime aux habitants qui renoncent à la voiture
Environnement/Mobilité Woluwe-Saint-Lambert propose une prime aux habitants qui renoncent à la voiture
Journée internationale de la jeunesse : DéFI en faveur du développement du Service Citoyen
Journée internationale de la jeunesse DéFI en faveur du développement du Service Citoyen