ACTUALITÉS

Ixelles
Anne-Rosine Delbart : “J’aimerais une plus grande verdurisation de la commune”
Le lundi 29 mars 2021

Après un peu plus de deux ans en tant que cheffe de groupe DéFI au conseil communal d’Ixelles, Anne-Rosine Delbart dresse le bilan de l’action de la majorité Ecolo-PS dans La Capitale.

Gestion de la pandémie

Comme toutes les communes de Belgique, Ixelles a dû faire face à la crise sanitaire au niveau local. Pour Anne-Rosine Delbart, la commune a trop souvent été attentiste : “On a, par exemple, attendu les masques du fédéral quand d’autres communes se montraient plus proactives. Les communes jouent un rôle fondamental dans la gestion de cette crise. Or, d’autres communes ont réussi à offrir des masques à toute leur population, je pense à Auderghem, une commune DéFI, gérée par Didier Gosuin. C’est la même chose pour la vaccination. Olivier Maingain, bourgmestre DéFI de Woluwe-St-Lambert, s’est démené pour qu’il y ait un centre de vaccination dans sa commune et il l’a obtenu. Olivier Maingain et

Didier Gosuin ont montré cette proactivité que j’aurais voulu voir un peu plus à Ixelles. J’avais aussi plaidé pour qu’on mette des lieux d’étude à disposition des étudiants, en vue des examens mais aussi pendant l’année. Ixelles l’a fait, notamment avec le CPAS, mais on peut dire que nous avons été à l’initiative de cela.”

Les effets d’annonce de la majorité

« La com’ est le moteur de la majorité » ixelloise, c’est le constat que faisait notre cheffe de groupe il y a quelques mois, elle explique : “au début de la crise, la parole réservée à l’opposition a de plus en plus été réduite à la portion congrue, on n’était pas très visibles, avec un temps de parole très limité. La majorité a profité du covid pour prendre des initiatives, comme les commémorations liées au Congo, sans avertir l’opposition à temps. Le covid avait bon dos ! Aujourd’hui, on peut s’exprimer au conseil communal et il est enregistré, mais depuis novembre seulement. Le collège a présenté son projet de budget 2021 à la presse avant de le présenter en section le lundi soir. Cela ne va pas. C’est un manque de politesse et de respect à l’égard de l’ensemble des élus. Il y a une forme de précipitation, des effets d’annonce aussi. Comme par exemple, le monument au général Storms que le bourgmestre voulait faire enlever, en juin 2020, du square de Meeûs, il y est toujours actuellement ! Si on annonce une mesure, on est en droit d’attendre qu’elle soit exécutée dans un temps limité après cette annonce.

Propreté, mobilité, verdurisation et académie des arts

Avec le départ de Nicolas Harmel (qui a déménagé à Woluwe-Saint-Pierre), c’est le groupe DéFI qui a été remanié avec l’arrivée de la jeune et dynamique Alexandra Philippe. A Ixelles, DéFI continue de faire passer ses valeurs et ses idées : “DéFI est plutôt de l’ordre de la synthèse, de la troisième voie. Nous souhaitons un débat politique plus nuancé. Nous défendons la sincérité dans le débat politique.” 

Une des thématiques privilégiées de DéFI Ixelles est la propreté : “c’est un débat permanent mais c’est compliqué. La gestion doit se faire avec les habitants. Chez nos sympathisants, la propreté, la mobilité font toujours partie de leurs préoccupations.” Mais ce ne sont pas les seuls dossiers sur lesquels Anne-Rosine Delbart souhaite peser : “J’aimerais une plus grande verdurisation de la commune. Il n’y a quasiment rien comme verdure à la chaussée d’Ixelles, près de l’ancien siège de Solvay ou encore place Fernand Cocq. Je pense qu’on pourrait verduriser davantage les façades. Cela pourrait être des bâtiments de bureaux ou de commerce, on pourrait en mettre là où il n’y en a pas assez. Sur la tour du square du Bastion (Porte de Namur), par exemple. Il existe maintenant des techniques pour cela. C’est beau toute une façade verdurisée. On pourrait essayer de travailler avec le privé pour qu’il contribue à donner plus d’agrément à l’espace public. Si j’en avais la possibilité, j’aimerais aussi créer un centre culturel et une académie des arts à Ixelles. Un lieu qui rassemble les arts, une sorte de conservatoire, dédié au théâtre, au chant, à la musique…qui rassemble à la fois tout ce qui est formation à la vie culturelle et les représentations. La commune ne met pas assez en lumière la vie culturelle qui existe. »

Dans la même rubrique
La langue française fait partie du patrimoine bruxellois
Journées du patrimoine La langue française fait partie du patrimoine bruxellois
DéFI demande une phase test complémentaire et de nouveaux critères d’évaluation transparents
Bois de la Cambre DéFI demande une phase test complémentaire et de nouveaux critères d’évaluation transparents
« Ne sous-estimez pas la colère et la souffrance qui irriguent ce pays aujourd’hui »
déclaration gouvernementale "Ne sous-estimez pas la colère et la souffrance qui irriguent ce pays aujourd’hui"
Opération récolte de croquettes
bien-être animal Opération récolte de croquettes
« Bruxelles est incontournable ! »
Interview de rentrée "Bruxelles est incontournable !"
Nicole Bomele : « Regardons notre Histoire droit dans les yeux »
décolonisation Nicole Bomele : "Regardons notre Histoire droit dans les yeux"