ACTUALITÉS

Interview
Sophie Rohonyi était invitée sur BX1
Le jeudi 14 février 2019

Ce jeudi 14 février, Sophie Rohonyi, présidente de DéFI Périphérie et deuxième candidate sur la liste DéFI à la Chambre, était l’invitée de l’Interview sur BX1. Retour sur l’essentiel.

Visas humanitaires : la proposition de loi de DéFI

Ce mercredi 13 février, l’ex-secrétaire d’Etat à l’asile et à la Migration, Théo Francken (N-VA), a été auditionné par les députés fédéraux au sujet de l’affaire des visas humanitaires. Pour Sophie Rohonyi, il est très clair que Théo Francken endosse une responsabilité dans ce dossier. « Le problème ce n’est absolument pas les visas humanitaires en tant que tels. Ce qui est en question c’est le trop large pouvoir discrétionnaire accordé au secrétaire d’Etat à l’Asile et à l’Immigration, qui a clairement fait l’objet d’abus qui sont inacceptables et qui nécessitent un cadre légal. »

Dans ce sens, DéFI a déposé une proposition de loi à la Chambre afin d’améliorer le système actuel d’octroi des visas humanitaires. Cette proposition vise :

  1. à ce que le pouvoir de décision ne revienne non plus au Ministre mais à une autorité administrative indépendante.
  2. à ce que les décisions soient motivées et fondées sur des critères clairs et précis qui figurent dans la loi.
  3. à ce que les intermédiaires qui seraient autorisés à intervenir dans le processus d’octroi des visas humanitaires soient soit le Haut Commissariat pour les réfugiés soit une association agréée par l’État, suivant des critères précis. Il est essentiel que cette intervention ne soit jamais rémunérée.

Périphérie : « ce qui est reproché aux bourgmestres, c’est d’avoir appliqué la loi ! »

Pour rappel, la ministre flamande Liesbeth Homans (N-VA) a décidé de ne nommer que deux bourgmestres sur six parmi les communes à facilités de la périphérie bruxelloise, car les quatre bourgmestres non nommés ont envoyé “à la place du gouverneur du Brabant flamand”, les convocations électorales en vue des élections communales du 14 octobre dernier dans la langue des électeurs.

Par conséquent, « ce qui est reproché aux bourgmestres, c’est d’avoir appliqué la loi. Un arrêt du Conseil d’Etat de 2014 pose d’ailleurs le principe très clair selon lequel les habitants francophones des communes à facilités ont le droit de recevoir leurs documents en français pour une durée renouvelable de 4 ans », souligne Sophie Rohonyi. Ce qui s’est passé est donc contraire à l’Etat de droit et à la démocratie. De plus, « ces bourgmestres ont été élus au suffrage universel, c’est pour cette raison que DéFI les soutient et ce, quelle que soit leur couleur politique », rappelle la présidente de DéFI Périphérie.

Manifestation pour le climat : un sursaut des consciences et une volonté de prendre son destin en main !

À la question « Que dites-vous aux jeunes qui manifestent pour climat ? Continuez, rentrez en classe ou désobéissez ? », Sophie Rohonyi répond sans ambages : CONTINUEZ !

« C’est un mouvement auquel je suis très sensible parce que jusqu’à aujourd’hui, nous étions plutôt dans une réflexion fataliste sur le réchauffement climatique :  ‘on ne peut rien y faire, c’est au politique de décider’. Actuellement, c’est l’inverse, il y a un sursaut des consciences, une volonté des jeunes de prendre leur destin en main en bousculant les politiques ».

La présidente de DéFI Périphérie a également tenu a rappelé que l’écologie a toujours été un point fort des propositions de DéFI. À titre d’exemple, la suppression de la voiture de société est une volonté que DéFI porte depuis des années, tout comme la transformation de la taxe sur la valeur ajoutée en une taxe sur la valeur énergétique afin de parvenir également à une transition fiscale.

François De Smet à la Chambre : un très bon signal à donner aux politiques

Sophie Rohonyi se dit ravie qu’un membre de la société civile comme François De Smet soit aujourd’hui tête de liste DéFI à la Chambre. En effet, « c’est assez novateur par rapport aux politiques actuelles et par rapport aux attentes des citoyens ». Le mouvement des gilets jaunes comme d’autres mouvements citoyens ont démontré la volonté d’avoir des politiques en contact avec le terrain et la société civile. François De Smet comme tête de liste est donc un « très bon signal à donner », ajoute Sophie Rohonyi.

Visionnez l’intégralité de l’émission en cliquant ici.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Grâce à Didier Gosuin et à DéFI, Bruxelles n’a jamais compté autant d’entreprises !
élections 2019 Grâce à Didier Gosuin et à DéFI, Bruxelles n'a jamais compté autant d'entreprises !
L’accès à la propriété est de plus en plus difficile pour les jeunes ménages !  Trouvez-vous cela juste ?
#cequiestjuste L’accès à la propriété est de plus en plus difficile pour les jeunes ménages ! Trouvez-vous cela juste ?
Payer un loyer peut représenter une dépense lourde pour un ménage !  Trouvez-vous cela juste ?
#cequiestjuste Payer un loyer peut représenter une dépense lourde pour un ménage ! Trouvez-vous cela juste ?
« La gauche nous dit de droite, la droite nous accuse d’être de gauche : ça prouve que nous sommes exactement là où nous devons être »
meeting de bruxelles « La gauche nous dit de droite, la droite nous accuse d'être de gauche : ça prouve que nous sommes exactement là où nous devons être »