Enseignement
Inspection en langues modernes et en immersion
Le mardi 3 octobre 2017

Sur un total de 1350 implantations scolaires en Fédération Wallonie-Bruxelles, près de 200 pratiquent l’enseignement en immersion au sein de notre Fédération Wallonie-Bruxelles qui compte un total de 12 inspecteurs de langues modernes pour l’enseignement primaire et secondaire confondus.

Ces derniers sont censés passer une fois tous les trois ans dans les implantations primaires, sachant que seuls deux inspecteurs sont désignés à cette fonction, pour les langues modernes. En pratique, l’évaluation régulière des enseignants de langue moderne par des inspecteurs qualifiés est impossible.

Les inspecteurs du primaire se rendent dès lors en classe seuls et évaluent des enseignants sans comprendre la langue.

Phénomène d’autant plus inquiétant lorsque l’on connaît la pénurie d’enseignants « native speakers » et le déficit de qualification de certains d’entre-eux, sélectionnés par défaut par les directions ou pouvoirs organisateurs.

Le Pacte prévoit l’enseignement d’une deuxième langue moderne dans toutes les écoles à partir de la 3e primaire, ce qui est en soi une belle ambition, mais qui, dans le contexte ci-dessus décrit, ne promet aucune amélioration de la maîtrise d’une seconde langue par les élèves scolarisé en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Concernant l’immersion, il n’y a tout simplement pas d’inspection spécifique…

Les élèves apprenant à mi-temps, voire plus, dans une seconde langue, sont donc tributaires d’enseignants parfois imparfaitement formés ou maîtrisant de façon approximative la langue de l’enseignement, sans évaluation spécifique.

Comment évaluer et faire évoluer positivement l’immersion sans inspection, sans contrôle, sans évaluation permanente, sans réflexion et sans propositions?

 

Madame la Ministre, voici mes questions :

  • Quelles sont les mesures concrètes prises pour faire face à la pénurie d’enseignants en langues modernes?
  • Estimez-vous que l’apprentissage d’une langue moderne en primaire mérite mieux qu’une évaluation triennale par les services de l’inspection?
  • Pourquoi ne pas avoir prévu d’inspecteurs spécifiques pour l’enseignement en immersion, sachant les particularités et les opportunités offertes aux élèves suivant ce type de cursus, mais aussi les dangers auxquels ils sont susceptibles d’être exposés?

Découvrez :

Le compte rendu des débats

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
« La pauvreté est la conséquence de la manière dont on organise une société »
Journée mondiale de lutte contre la pauvreté "La pauvreté est la conséquence de la manière dont on organise une société"
Autisme : « Un enfant sur 100 est susceptible d’en être affecté. Nous devons aider ces enfants à s’intégrer »
Journée mondiale de la santé mentale Autisme : "Un enfant sur 100 est susceptible d'en être affecté. Nous devons aider ces enfants à s'intégrer"
« Un prof bien formé, c’est un prof mieux équipé pour appréhender l’apprentissage de ses élèves »
Journée mondiale des enseignants "Un prof bien formé, c'est un prof mieux équipé pour appréhender l'apprentissage de ses élèves"
DéFI réaffirme le lien fort de solidarité entre les francophones de tout le pays
Fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles DéFI réaffirme le lien fort de solidarité entre les francophones de tout le pays