ACTUALITÉS

Schaerbeek
“Il y a des moments où il est complexe de décider. Je me demande tout le temps si j’ai pris la bonne décision”
Le mardi 20 juillet 2021

Cet été, BX1 lance une série d’interview “Sur le pont” ou comment les bourgmestres bruxellois ont-ils géré la crise sanitaire ? Ce lundi 19 juillet, c’était au tour de notre bourgmestre f.f. de Schaerbeek, Cécile Jodogne, de s’essayer à l’exercice.

Une crise d’une ampleur inimaginable

Alors que le Covid-19 se répand en Chine, en janvier 2020, Cécile Jodogne n’aurait jamais imaginé la rapidité de la contagion : « Je n’imaginais pas que ça allait prendre cette ampleur. Evidemment, je pense aux personnes fragiles et à l’impact que ce confinement a sur leur quotidien. Je me dis que nos filets de sécurité vont fonctionner sans trop de mal car la durée de la crise sera courte. »

A ce moment, les maisons de repos sont fortement impactées en Belgique, la bourgmestre de Schaerbeek se souvient : « Je n’ai pas compris qu’on n’ait pas interdit les visites dans les maisons de repos plus rapidement. Mais nous ne le savions pas. Une crise, c’est le chaos. S’il n’y a pas de chaos, ce n’est pas une crise. C’était au fédéral de donner les ordres. Évidemment, ce n’est pas par plaisir qu’on envoie l’armée dans une maison de repos mais si c’est la seule solution pour garantir la continuité des soins, il faut utiliser ce moyen. C’est une sorte de guerre face à un ennemi qu’on ne connaît pas bien. »

A Schaerbeek, la commune n’a pas distribué de masque à sa population : « Il n’y avait pas de stock et je comprenais que la priorité soit le personnel soignant. Nous avons fait une commande pour notre personnel mais pas pour tous les citoyens. Nous n’avions pas les moyens financiers. Nous avons 130.000 habitants et la Région disait qu’elle allait en commander. Nous en avons distribué 20.000 aux personnes les plus précaires mais je ne trouvais pas cela logique d’en donner à des gens qui pouvaient en acheter ou en fabriquer. Cette prise de décision, comme beaucoup d’autres, est un moment de grande solitude. Même si je suis bien entourée, il y a des moments où il est complexe de décider car je suis la seule à signer. Je me demande tout le temps si j’ai pris la bonne décision. Peut-être qu’on aurait dû faire les choses plus tôt, mais j’essaie de ne pas ruminer » explique Cécile Jodogne

Trouver le consensus

En Région bruxelloise, les bourgmestres se sont réunis plusieurs fois durant la crise. Pour Cécile Jodogne, globalement, il y avait une volonté d’écoute de la part de Rudi Vervoort : « Nous avons attiré son attention sur quelques points et il a réussi à les faire passer au niveau du fédéral. Il n’était peut-être pas le plus visible dans les médias mais il a été présent. Le fédéral, lui, prenait des mesures qui ne s’adaptaient pas à la réalité urbaine. Dire qu’on peut accueillir les gens chez soi uniquement en passant par l’extérieur de la maison est un bon exemple. Rudi Vervoort a aussi bataillé pour ne pas avoir une limitation des déplacements à 500m de chez soi car, à Bruxelles, tout le monde n’aurait pas eu accès à un espace vert. Or, c’était important. Quant aux autres bourgmestres, parfois certains voulaient être plus sévères ou plus laxistes mais nous avons toujours trouvé un consensus. »

Pour rappel, au début du mois de juillet, c’est Didier Gosuin, bourgmestre d’Auderghem, qui répondait aux questions de BX1.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Une première en Brabant wallon : in BW et notre échevin à Grez-Doiceau, Pascal Goergen, se lancent dans la ruralité intelligente !
Province du Brabant wallon Une première en Brabant wallon : in BW et notre échevin à Grez-Doiceau, Pascal Goergen, se lancent dans la ruralité intelligente !
François De Smet : “Le Covid safe ticket devrait s’appliquer à tout le territoire”
Vidéo François De Smet : “Le Covid safe ticket devrait s’appliquer à tout le territoire”
Abattage sans étourdissement : le débat se poursuivra au Parlement bruxellois
Région bruxelloise Abattage sans étourdissement : le débat se poursuivra au Parlement bruxellois
Le statut de cohabitant : à quand la fin ?
Fédéral Le statut de cohabitant : à quand la fin?