ACTUALITÉS

bien-être animal
Il faut d'urgence des mesures pour les petites structures équestres
Le vendredi 3 avril 2020

De nombreux secteurs de l’économie ont été impactés par les mesures de confinement. C’est par exemple le cas de nombre de structures de petite taille travaillant avec des chevaux.

Éviter les faillites… et les abandons

Mikhaël Jacquemain, échevin DéFI du Bien-être animal à Fleurus, tire la sonnette d’alarme. «De nombreuses associations, comme par exemple celles actives dans l’hippothérapie, utilisent les ânes ou les chevaux comme support pour leurs activités. Alors qu’elles devraient entamer leur haute saison après l’hivernage, ces structures sont privées de revenus, mais aussi d’une bonne partie de leurs bénévoles. Par contre, les coûts de fonctionnement très élevés pour l’entretien des animaux ne peuvent être compressés et leurs besoins en main d’œuvre demeurent inchangés. Suite à de nombreuses interpellations, nous avons pu constater qu’elles font aujourd’hui face à un manque de liquidités, parfois simplement pour subvenir aux besoins de base en nourriture ou pour s’assurer le passage d’un maréchal-ferrant ou d’un vétérinaire

Ces structures, comme d’ailleurs beaucoup de petites écuries d’initiation, ne disposent pas (ou trop faiblement) de revenus annexes à l’animation, comme la pension de chevaux. Il n’en va pas que de la survie économique de ces acteurs locaux mais également du bien-être animal puisque des faillites dans ce secteur amèneraient à des saisies voire à des abandons.

Mesures d’urgence

DéFI demande des mesures financières d’urgence pour soutenir ces structures. Pour Pascal Goergen, président de DéFI Wallonie, «il est impératif de mettre en œuvre un plan de soutien à ce secteur important dans le paysage rural wallon. Dans un premier temps, il faut prendre des mesures en urgence pour maintenir à flot les associations privées de sources de revenus suffisantes pour assurer une vie décente aux équidés qu’ils hébergent, sachant qu’elles ne disposent pas actuellement d’un accès aux subsides régionaux créés pour soutenir les entreprises. La Ligue équestre Wallonie-Bruxelles a écrit aux instances politiques afin de les alerter de la situation difficile vécue au sein des clubs en espérant pouvoir faire changer la situation. »

Les propositions d’aide pourraient être : un crédit 0% pour la nourriture et les soins permettant de reporter la charge ultérieurement, des marchés publics en urgence pour l’achat et la fourniture de nourriture de base à tarif avantageux, des primes de rationnement forfaitaires par équidé pour les associations concernées…

Impacts agricoles

Jonathan Martin, également échevin DéFI du Bien-être animal, mais à Libramont, rappelle que «la Belgique est un des pays au monde disposant du plus grand nombre d’équidés par habitant. Ainsi, cette filière constitue un poids économique non négligeable. Les conséquences d’une disparition d’une partie de la clientèle à approvisionner pourraient aussi avoir un impact sur les revenus des agriculteurs, et notamment les producteurs de grains, de litière et de fourrage

Sorties interdites

En termes de bien-être animal, Jonathan de Patoul, vétérinaire et député bruxellois DéFI, le rappelle : «Le fait que, du jour au lendemain, un cheval ne puisse plus pratiquer son activité physique habituelle et doive rester dans son box peut engendrer des problèmes de santé. Les sorties à cheval sont par exemple interdites en forêt alors que les sorties à vélo ou à pied, souvent plus sujettes à promiscuité, sont autorisées. Avec les restrictions d’occupation des pistes à un seul cavalier à la fois, certaines écuries ne disposent pratiquement plus que de ce moyen pour faire bouger les chevaux

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
« Interdire l’obligation de masque est dangereux pour les citoyens »
Fédéral "Interdire l'obligation de masque est dangereux pour les citoyens"
« Il faut arrêter les réformes sans concertation avec le secteur et revaloriser les salaires »
Soins de santé "Il faut arrêter les réformes sans concertation avec le secteur et revaloriser les salaires"
Bruxelles propose un formulaire en ligne pour anticiper les demandes d’extension de terrasse
Horeca / Déconfinement Bruxelles propose un formulaire en ligne pour anticiper les demandes d'extension de terrasse
Osons les poules en ville !
Webinaire gratuit Osons les poules en ville !