ACTUALITÉS

Semaine pour les alternatives aux pesticides
“Il faut de meilleures méthodes alternatives aux néonicotinoïdes pour protéger les agriculteurs et les riverains”
Le lundi 22 mars 2021

La semaine pour les alternatives aux pesticides se déroule du 20 au 30 mars. Le 10 novembre dernier, François De Smet, député fédéral, est intervenu à la Chambre sur les nouvelles dérogations pour l’usage des néonicotinoïdes.

Des pesticides « tueurs d’abeilles »

Les néonicotinoïdes sont des insecticides puissants utilisés de façon préventive par enrobage de semences. En 2018, l’Union européenne a interdit trois de ces types d’insecticides en culture de plein champ. L’imidaclopride, la clothianidine et le thiamethoxam fabriqués par les géants Bayer et Syngenta. La Belgique a dérogé à cette interdiction en 2019 et 2020 afin de lutter contre les pucerons qui transmettent la jaunisse de la betterave. François De Smet ajoute : “Il existe un consensus pour dire que ce produit a des effets nocifs importants sur la nature, la biodiversité, le problème des abeilles n’étant qu’un exemple parmi d’autres.” Une étude de l’UCL a mis en lumière la nocivité de ces produits car ils ont une rémanence très importante qui fait que les résidus se retrouvent encore dans les cultures qui suivent celles des betteraves traitées.

Des alternatives insatisfaisantes

Cependant, s’il est vrai que seulement 20 % des agriculteurs ont utilisé ces semences enrobées cette année tant les contraintes liées à cette dérogation sont élevées, il nous revient de source bien informée que nombre d’agriculteurs sont insatisfaits des résultats des méthodes alternatives actuelles, notamment parce que pour remplacer les néonicotinoïdes associés à la graine et ne nécessitant aucune pulvérisation, il a fallu de trois à cinq pulvérisations aériennes avec des insecticides classiques, ce qui s’avère toxique pour les agriculteurs, mais également pour les riverains et n’est également pas neutre en matière de biodiversité.” L’article 53 du règlement européen sur les autorisations de pesticides dit qu’une dérogation peut-être fournie dans des circonstances particulières et en cas de « danger qui ne peut être maîtrisé par d’autres moyens raisonnables ».
Malgré le fait que le gouvernement fédéral fondera l’essentiel de son action sur la méthode “science-based”, en intégrant le principe de précaution. Il prévoit explicitement une réduction drastique de l’usage des pesticides. Il reste néanmoins des questions quant à la demande de plusieurs associations qui recommandent qu’aucune dérogation ne soit accordée aux trois néonicotinoïdes. Mais aussi quant à la concertation avec le ministre fédéral de l’Agriculture.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Carte blanche : « Plan taxi : sortons de l’impasse par le haut « 
Région bruxelloise Carte blanche : "Plan taxi : sortons de l’impasse par le haut "
Abattage rituel : “Comme ministre du Bien-être animal, je ne peux pas ne pas mettre ce dossier sur la table du gouvernement”
Interviews Abattage rituel : “Comme ministre du Bien-être animal, je ne peux pas ne pas mettre ce dossier sur la table du gouvernement”
Il faut renforcer la cybersécurité de nos hôpitaux bruxellois
Région bruxelloise Il faut renforcer la cybersécurité de nos hôpitaux bruxellois
François De Smet : “J’arrive 5 minutes avant le début de la plénière parce que j’aime ce calme avant la tempête”
Podcast François De Smet : “J’arrive 5 minutes avant le début de la plénière parce que j’aime ce calme avant la tempête”