ACTUALITÉS

IVG
“Il est urgent de dépénaliser totalement l’avortement en Belgique”
Le vendredi 7 mai 2021

Ce mercredi 5 mai, Sophie Rohonyi, députée fédérale DéFI, a interpellé le ministre fédéral de la Justice sur les poursuites pénales à l’encontre des femmes qui avortent ou qui leur viennent en aide.

Des militantes belges veulent venir en aide aux femmes chiliennes

En 2016, lors d’un visionnage d’un documentaire sur les conditions d’avortement au Chili, deux militantes belges ont essayé de venir en aide à ces femmes. Elles partent avec des comprimés de Mysoprostol (médicaments abortifs qui diminuent le taux de mortalité par rapport aux avortements clandestins) pour remettre une fois sur place ces médicaments à des associations. Mais ces comprimés ont été saisis par la douane. Ces deux militantes voulaient aider quelques-unes des 60 000 à 200 000 femmes chiliennes qui se mettent en danger chaque année pour avorter clandestinement.

Quatre ans de poursuites pénales

Le Parquet avait requis pas moins de 5 chefs d’accusation à leur encontre : association de malfaiteurs, importation sans autorisation de médicaments abortifs, achat ou importation de médicaments abortifs non conformes, mise sur le marché de médicaments sans autorisation et exercice illégal de l’art pharmaceutique. S’en étaient suivies une perquisition à leur domicile, et la menace d’une peine de prison d’emprisonnement de 5 ans et une amende de 100.000 euros.

Le 5 janvier dernier, la Chambre du Conseil du tribunal de première instance francophone de Bruxelles a rendu un jugement innocentant les deux militantes.Cependant, notre députée fédérale s’insurge des poursuites : “Aider des femmes et leur éviter la mort doit être reconnu comme une action humanitaire, de solidarité et non poursuivi comme un délit”.

Mise en place d’un comité scientifique multidisciplinaire pour l’IVG

Sophie Rohonyi a interpellé ce 5 mai le ministre de la Justice concernant l’évaluation de la loi relative à l’IVG par un comité scientifique multidisciplinaire, comme prévu dans l’accord de gouvernement. 

La députée amarante souligne: “On parle des pays où l’avortement est illégal mais il faut dire qu’en Belgique des femmes avortent par elles-mêmes également. Parce qu’elles n’ont pas accès aux plannings, parce qu’elles subissent des violences ou parce que leur famille le leur refuse par exemple.”

En réponse à son interpellation, le Ministre renvoie la balle au Parlement, estimant que c’est à ce dernier de mettre en place ce comité scientifique. Ce à quoi Sophie Rohonyi réplique: “J’entends que la mise sur pied de ce comité scientifique relève de la compétence du Parlement, sauf que l’accord de gouvernement est très clair. Certes, le Parlement devra se prononcer sur la dépénalisation ou pas de l’avortement mais cela ne pourra se faire que lorsqu’il y aura un consensus pour avancer sur cette question – ce qui est prévu dans l’accord de gouvernement. Il y a donc eu un accord entre les partenaires de la Vivaldi dans le cadre de la formation du gouvernement..”

C’est pourquoi Sophie Rohonyi a écrit à la Présidente de la Chambre pour tenter de mettre un terme à la prise en otage d’une réforme aussi fondamentale.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Un Job Day dédié au secteur de l’HORECA le 25 juin
Bruxelles-Ville Un Job Day dédié au secteur de l’HORECA le 25 juin
“Trop peu de soignants et de citoyens connaissent cette maladie et aucune campagne de sensibilisation n’est prévue”
Journée mondiale de lutte contre la drépanocytose “Trop peu de soignants et de citoyens connaissent cette maladie et aucune campagne de sensibilisation n’est prévue”
DéFI conclut un accord qui confirme la neutralité exclusive comme règle de base
Port de signes convictionnels à la STIB DéFI conclut un accord qui confirme la neutralité exclusive comme règle de base
“C’est facile de claquer la porte, le vrai courage est de rester”
Signes convictionnels à la STIB “C'est facile de claquer la porte, le vrai courage est de rester”