Fédéralisme
Le lundi 3 février 2020

Depuis son origine, DéFI s’est défini comme fédéraliste, ce qui en a fait un parti précurseur sur l’échiquier politique belge. Pour nous, ce fédéralisme doit être par essence constructif et positif, un fédéralisme de coopération entre les entités fédérées. Malheureusement, ces dernières années, c’est un fédéralisme de rapport de forces qui s’est imposé sous l’emprise du nationalisme flamand, un rapport de forces par ailleurs systématiquement défavorables aux intérêts des francophones, tant wallons que bruxellois. Contrairement à une idée reçue, DéFI n’est pas l’ennemi de la Flandre. Nous croyons à une Belgique sereine et apaisée où les Communautés et les Régions s’entendent dans l’intérêt de tous les citoyens et avec un niveau fédéral fort, qui n’est pas la coquille vide à laquelle la droite nationaliste aspire. Notre ennemi est le nationalisme (flamand mais tous les nationalismes en général) et le repli sur soi qu’il engendre.

Aujourd’hui, au terme de six réformes de l’Etat,  force est de constater que nombre de mesures les accompagnant ont été prises à des fins politiques et absolument pas dans le sens d’une efficacité du fonctionnement des institutions ni dans celui d’une amélioration de la vie des citoyens. Dans certaines matières, la dispersion des compétences entre différents niveau de pouvoir rend impossible l’action publique. C’est pourquoi nous croyons à un stop institutionnel, à une interruption de la fuite en avant permanente aboutissant à ces réformes ineptes, qui seraient mis à profit pour évaluer, par exemple par le biais d’une commission spéciale, l’efficacité de ces mesures et les réorganiser.

DéFI est également fédéraliste au niveau européen. Nous pensons que le projet européen doit être rendu plus lisible et plus démocratique, moins lourd également dans ses processus. Mais il doit à tout le moins être renforcé et  approfondi (par exemple par le biais de l’Europe de la Défense) et pas du tout abandonné. Il est un rempart contre les replis identitaires

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Bien-être animal
Bien-être animal
Enseignement
Enseignement
Mobilité
Mobilité
Droits linguistiques
Droits linguistiques