ACTUALITÉS

Francophonie
En ce 20 mars, DéFI propose la création à Bruxelles d’un centre culturel de la Francophonie internationale
Le mercredi 20 mars 2019

A l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie, ce mercredi 20 mars, DéFI rappelle son attachement à la langue française, vecteur d’ouverture et d’échanges.

Même si elle n’est pas toujours leur langue première, les Wallons et les Bruxellois ont la langue française en partage et c’est le plus puissant levier de leur unité, de leur cohésion culturelle et sociale. En raison du rayonnement de cette langue, ils ont la chance de partager une culture et des références intellectuelles avec des millions de femmes et d’hommes qui, à travers le monde, confient leurs espoirs à la langue française.

Pour la députée Caroline Persoons qui a interrogé au Parlement francophone bruxellois sur le sujet, « la Francophonie institutionnelle se doit d’être plus volontaire pour répondre à la confiance de ses citoyens, à commencer par les Wallons et les Bruxellois. L’enthousiasme et la force avec laquelle de nombreux pays africains partagent la langue française et adhérèrent à la Francophonie internationale doivent nous servir d’exemple. Un centre culturel devrait être à Bruxelles à la francophonie, ce qui permettra de faire vivre la diversité par la culture et la découverte réciproque d’artistes du monde entier. »

La langue française est en effet la cinquième langue mondiale. 300 millions de personnes la parlent sur les cinq continents, dont près de la moitié en Afrique. Elle est la langue d’enseignement pour 80 millions d’individus et une langue étrangère dans 115 pays. Elle est enseignée à 50 millions de personnes et est une langue officielle dans 32 États, ainsi que dans la plupart des organisations internationales.

Dans le cadre de la Journée internationale de la francophonie, la Fédération Wallonie-Bruxelles fait la promotion de notre langue via de multiples activités proposées pendant plusieurs jours. Il est positif pour DéFI que l’on prenne conscience du patrimoine immatériel et culturel que représente la langue. Nous devons en être fiers. Les jeux de langage sont également une bonne chose, permettant de maîtriser la langue sans le stress occasionné par sa grammaire. La langue est, en outre, un merveilleux outil pour formuler sa pensée.

Pour assurer et renforcer la langue française en Fédération Wallonie-Bruxelles et à travers le monde, DéFI propose le renforcement de :

  • L’approche diplomatique bilatérale et multilatérale, en mettant l’accent sur la Francophonie :
    • En bilatéral : priorité aux relations avec les partenaires francophones, tout particulièrement en Afrique, les pays émergents.
    • En multilatéral :
      – Poursuivre l’engagement au sein de la Francophonie multilatérale (OIF, AUF, etc.)
      – Devant les instances multilatérales, DéFI exigera le respect des décisions de justice et des recommandations internationales en matière de droits linguistiques.
  • Des politiques de promotion de la langue française (envois de lecteurs et de formateurs à l’étranger, bourses, plan d’action pour le français dans les institutions internationales).
  • La place de la langue française à Bruxelles : la place de Bruxelles, comme capitale belge et internationale est essentielle. L’usage de la langue française doit y être davantage encouragée, que ce soit dans l’espace public ou dans les institutions internationales.
Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Bruxelles : DéFI répond favorablement à l’invitation du PS afin de garantir la stabilité des institutions bruxelloises et de répondre aux attentes de toutes les Bruxelloises et tous les Bruxellois
Bruxelles DéFI répond favorablement à l’invitation du PS afin de garantir la stabilité des institutions bruxelloises et de répondre aux attentes de toutes les Bruxelloises et tous les Bruxellois
DéFI dénonce la mort programmée des gares en province de Luxembourg
Mobilité DéFI dénonce la mort programmée des gares en province de Luxembourg
Les députés bruxellois de DéFI ont prêté serment
Parlement de la Région bruxelloise Les députés bruxellois de DéFI ont prêté serment
Nouvel objectif d’Alexandra Dupire, implanter DéFI en Wallonie picarde d’ici la prochaine échéance électorale
Wallonie Nouvel objectif d'Alexandra Dupire, implanter DéFI en Wallonie picarde d'ici la prochaine échéance électorale