Logement
Les formules de logement pour les personnes vulnérables sur le plan psychique
Le jeudi 9 mars 2017

Il existe au sein de la Plateforme de Concertation en Santé mentale un groupe de travail nommé « Logement, Santé mentale et précarité ». Parmi ses membres, le comité technique logements de l’asbl Similes Bruxelles, ou « Cotelo », défend la nécessité de créer davantage de logements inclusifs abordables et accompagnés pour des personnes avec une vulnérabilité psychique stabilisée. A cet égard, cet acteur relève un chaînon manquant entre l’offre institutionnelle et le logement individuel (maintien à domicile). La question soulevée est la suivante : où vont les personnes issues de la psychiatrie ou porteuses d’un handicap mental ? Pour cette raison, Similes Cotelo défend le développement de solutions de logements inclusifs, participatifs, ouverts et adaptés aux difficultés physiques et/ou psychiques des personnes vulnérables. Pour répondre à ce défi, d’aucuns défendent la création de places dédiées à cette population dans les AIS, ce qui n’est pas sans poser certaines questions en termes, notamment, d’accompagnement. En outre, l’asbl prône l’attribution prioritaire des logements disponibles à la location par un système de convention rendu obligatoire pour toutes les SISP. Tout comme vous l’avez fait appliquer pour les personnes victimes de violences conjugales, les conventions se signeraient en fonction des besoins des publics des différents secteurs de l’aide et de la santé (victimes de violences conjugales, handicap, grande précarité, santé mentale, assuétude…). Mais il y a des obstacles…

Les freins majeurs seraient le coût de l’accompagnement, l’encadrement professionnel, le coût de la création des habitats (briques), l’individualisation des droits (modification du statut des habitants, entrainant une diminution des ressources financières), les obligations administratives contradictoires, ainsi que la difficulté de jeter des ponts entre les secteurs. La démarche défendue par Cotelo est également soutenue par Habitat & participation asbl. Cet autre acteur porte le même combat et dénonce le cloisonnement des politiques de logement et d’action sociale, alors que l’un subventionne les briques, et l’autre, les personnes. Cette dualité trop stricte serait source de complexité sur le plan administratif.

Cela m’amène à mes questions :

  • Des projets existent-ils afin de promouvoir des projets de logements intermédiaires pour des personnes avec une vulnérabilité psychique à Bruxelles ? Quid des synergies avec les communes ?
  • Comment favoriser la transversalité intra-administrative entre différents niveaux de pouvoirs (le Logement, le Social, la Santé,…) et domaines d’intervention afin d’éviter les blocages et les contradictions (à défaut d’une simplification et centralisation ultérieures) en vue d’une plus grande concertation ? Quid de la simplification administrative?
Thématiques populaires
Culture Discrimination Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Logement Mobilité Santé Social
AUTRES ACTUALITÉS
L’accessibilité des sites propres de la STIB aux véhicules de services de soins à domicile
Mobilité L’accessibilité des sites propres de la STIB aux véhicules de services de soins à domicile
Les logements adaptés et adaptables pour personnes en situation de handicap
Logement Les logements adaptés et adaptables pour personnes en situation de handicap
Projet “Dames Blanches”
Logement Projet “Dames Blanches”
L’abattage illégal d’arbres par la SNCB-lnfrabel lors de l’entretien de talus à Uccle.
Développement territorial L’abattage illégal d’arbres par la SNCB-lnfrabel lors de l’entretien de talus à Uccle.