ACTUALITÉS

Fédération Wallonie-Bruxelles
Former les puéricultrices à la détection des violences sexuelles chez les enfants
Le vendredi 7 mai 2021

Ce jeudi 6 mai, notre chef de groupe DéFI à la Fédération Wallonie-Bruxelles, Christophe Magdalijns, interpellait Bénédicte Linard, ministre de la culture, sur la formation des puéricultrices aux violences sexuelles envers les enfants.

Le combat de DéFI à tous les niveaux de pouvoir

Les violences sexuelles, en particulier l’inceste, sont des problématiques auxquelles DéFI est particulièrement sensible. En effet, notre association soeur, DéFI Femmes, proposait en mars dernier, un Facebook Live sur cette thématique. Nos députés fédéraux mais aussi à la Fédération Wallonie-Bruxelles sont également intervenus, à plusieurs reprises, dans les différents parlements. 

Les crimes sexuels commis sur des enfants ne seront désormais plus prescrits

« Il n’existe pas d’obligation de signalement des cas d’inceste »

« On ne met pas tous les moyens en oeuvre pour protéger nos enfants »

« Un devoir de signalement pour tout professionnel informé d’une situation de violence sexuelle subie par un enfant »

70% des victimes disent avoir d’importantes séquelles sur leur santé mentale

Personne ne peut nier la réalité des violences sexuelles et leurs conséquences psycho-traumatiques. Plus de 70% des victimes de viol disent avoir d’importantes séquelles sur leur santé mentale et 40% décrivent des périodes d’amnésie traumatique. Aussi, les victimes de violences sexuelles infantiles rapportent que 80% des professionnels de la santé n’ont pas fait le lien entre leurs symptômes et les violences en question. Les viols et autres agressions sexuelles commis sur des enfants sont extrêmement traumatisants à court, moyen et long termes car ils entraînent des atteintes graves à leur intégrité mentale et physique.Pour Christophe Magdalijns, « l’action politique doit être volontariste au service des victimes et tout faire pour que ces violences ne se produisent pas. Les chiffres concernant l’inceste sont effrayants, monstrueux. Selon l’OMS, 20 à 24 % des petites filles et 5 à 11 % des petits garçons en sont victimes. Plusieurs enfants par classe, plusieurs enfants par crèche. Selon les données recueillies par voie d’enquête par l’association Mémoire traumatique et Victimologie, 81 % des violences sexuelles débutent avant que la victime ait 18 ans, la moitié d’entre elles avant l’âge de 11 ans et 21 % avant l’âge de 6 ans. La prévention et la détection systématiques sont à réaliser au plus jeune âge, en commençant par nos crèches. Car c’est une réalité : il existe des bébés violés. La formation des puériculteur.trice.s à cette réalité est essentielle et peut sauver des vies. Elles doivent être formées à détecter en amont les signes physiques mais aussi psychologiques. Même si plusieurs mécanismes sont déjà en place, nous ne pouvons pas nous satisfaire de la situation actuelle. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Développement du réseau de la STIB et le choix des modes de transport
Région bruxelloise Développement du réseau de la STIB et le choix des modes de transport
“On a l’impression qu’on avance trop vite, sans concertation, et ça crée énormément de crispation”
Mobilité en Région bruxelloise “On a l’impression qu’on avance trop vite, sans concertation, et ça crée énormément de crispation”
30 lauréats pour l’appel à projets Digital Brussels
Région bruxelloise 30 lauréats pour l’appel à projets Digital Brussels
Woluwe-Saint-Lambert collectionne les distinctions
Sport Woluwe-Saint-Lambert collectionne les distinctions