ACTUALITÉS

Flandre
Financement d'Unia : "à la NV-A, le caractère nationaliste et identitaire l'emporte sur le pragmatisme"
Le mardi 1 octobre 2019

Ce lundi, DéFI dénonçait le repli identitaire d’un gouvernement flamand sous influence du Vlaams Belang. Ce matin, François De Smet, député fédéral et ancien directeur de Myria, donnait son ressenti sur l’abandon du financement du Centre interfédéral pour l’égalité des chances Unia par la Flandre au journal Le Soir et au magazine Moustique.

Sacrifice d’une institution interfédérale

« Cette lutte contre les discriminations sera de toute façon menée ailleurs. Cela montre bien qu’à la N-VA, le caractère nationaliste et identitaire l’emporte sur le pragmatisme. On est dans le symbolique, pour donner un bonbon au Vlaams Belang, qui veut la peau d’Unia depuis longtemps. On sacrifie une institution interfédérale qui fonctionne bien. C’est une concession très lourde des deux autres partis. Alors, le futur « Unia flamand » aura-t-il la même marge de manœuvre que la structure interfédérale ? »

Des mesures qui pourrait provoquer un afflux de migrants en Wallonie et à Bruxelles ?

« Outre que tout ça semble très inspiré par le Vlaams Belang, cela pose un problème de loyauté fédérale. Ces mesures risquent de provoquer un afflux de migrants vers les deux autres régions du pays. Non seulement, c’est scandaleux mais en plus cela se fait sans concertation » explique François De Smet.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
L’app « Fluicity » pour être davantage à l’écoute des citoyens
Ganshoren L'app "Fluicity" pour être davantage à l'écoute des citoyens
10 ans du Centre Malou : « Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent »
Woluwe-Saint-Lambert 10 ans du Centre Malou : "Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent"
Alain Kestemont : « Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone »
Communales, un an après : Anderlecht Alain Kestemont : "Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone"
Patrick Pynnaert : « On ne respecte pas la mémoire »
Fort de Cognelée Patrick Pynnaert : "On ne respecte pas la mémoire"