ACTUALITÉS

Ethique
Il est temps d'assainir en profondeur la gouvernance en Wallonie et à Bruxelles !
Le vendredi 30 juin 2017

Olivier Maingain, président de DéFI, a livré deux interviews publiées ce vendredi 30 juin 2017 dans deux quotidiens belges francophones (La Libre Belgique partie 1 & partie 2 et Le Soir). L’occasion pour lui de revenir sur la crise politique francophone.

 

La décision du cdH de débrancher la prise 

 

Pour Olivier Maingain, il y a une véritable rupture de confiance vis-à-vis de DéFI, pourtant partenaire de majorité. Benoit Lutgen se devait d’en parler à ses partenaires de majorité, afin d’évaluer les conséquences. Par ailleurs, il ne semble pas avoir évalué toutes les conséquences : « le risque de chaos est immense ».

 

Le nettoyage des écuries d’Augias

 

Le Président des Amarantes rappelle qu’il s’agit d’une demande qui s’applique sans distinction aucune aux trois partis traditionnels. Si le PS porte une lourde responsabilité dans un certain nombre de scandales, le MR et le cdH aussi, comme l’on a pu le constater chez Publifin.

 

Olivier Maingain veut par ailleurs des lignes claires à l’égard de ceux qui font l’objet de poursuites pénales. Dans les régimes anglo-saxons ou en Norvège, un parlementaire inculpé doit immédiatement prendre ses responsabilités. Il n’y a pas cette culture en Belgique, c’est pourtant la seule façon de protéger les institutions. Pour le Président de DéFI, « Les partis doivent se mettre d’accord sur la manière de gérer les situations et éviter ainsi que chacun décide de sa propre jurisprudence ». DéFI propose la formule de suspension en cas d’inculpation.

 

Futures alliances

 

Pour Olivier Maingain, il faut des majorités stables au plus tard pour la rentrée de septembre, il ajoute que DéFI « ne choisira jamais la stratégie du pourrissement ». Il remarque qu’Ecolo le suit dans sa volonté d’« assainir en profondeur » la gouvernance en Wallonie et à Bruxelles.

 

Le Président de parti rappelle que tout n’est pas à jeter dans le travail du gouvernement bruxellois, cela n’aurait d’ailleurs aucun sens. Le gouvernement bruxellois n’a pas été passif et a avancé dans beaucoup de domaines.

 

Si DéFI est indispensable à Bruxelles, il veillera aussi à avoir une réelle influence sur le projet en Fédération Wallonie Bruxelles, essentiel pour le redéploiement des Régions wallonne et bruxelloise.

Thématiques populaires
Culture Discrimination Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé
AUTRES ACTUALITÉS
Discriminations : Vivre ensemble, c’est aussi s’amuser ensemble
Discriminations Vivre ensemble, c'est aussi s'amuser ensemble
Gouvernance : DéFI appelle à la cohérence et à la responsabilité
Gouvernance DéFI appelle à la cohérence et à la responsabilité
Périphérie : DéFI refuse la sortie des communes à facilités de Vivaqua
Périphérie DéFI refuse la sortie des communes à facilités de Vivaqua
Comex : Bruxelles à l’assaut de la Silicon Valley
Comex Bruxelles à l’assaut de la Silicon Valley