ACTUALITÉS

Environnement
Le « Gas to liquid » comme alternative pour rendre Bruxelles plus respirable rapidement
Le lundi 26 février 2018

Ce lundi 26 février, en commission Infrastructure du parlement bruxellois, Marc Loewenstein, député DéFI, a interpellé Pascal Smet, ministre chargé de la Mobilité et des Transports, quant aux possibilités d’implémentation et d’usage du « Gas to liquid » (GTL) pour les véhicules de la STIB

 

Pour rappel, la STIB a dernièrement passé commande de bus hybrides et a par ailleurs annoncé un renouvellement complet de sa flotte de véhicules « diesel » vers des véhicules 100% électriques pour 2030. Cependant, d’ici là, des bus diesel continueront à circuler et à polluer Bruxelles.

 

Marc Loewenstein pointe le fait que les délais de renouvellement de la flotte de la STIB sont particulièrement longs et qu’il faille trouver des alternatives. En effet, les citoyens bruxellois sont en droit d’espérer des actions intermédiaires concrètes permettant de diminuer les pollutions sonores et de l’air en Région bruxelloise. Le député DéFI propose donc une solution de transition à cet égard : l’utilisation du GTL.

 

Plusieurs études et expérimentations sur le terrain – notamment par des entreprises de transports publics – ont démontré le caractère moins polluant et à terme plus économique du GTL. Ainsi, pour exemple, au terme d’une phase de test s’étant révélée très concluante, la ville de Strasbourg a entièrement alimenté ses bus diesel par du carburant GTL.

Les avantages du GTL sont notables. En effet, il peut être utilisé à la place du diesel sans qu’aucune modification sur les véhicules ne soit nécessaire. De plus, son utilisation permet une réduction de 20 à 35% des émissions de particules fines, une réduction des oxydes d’azote et il n’y a aucun dégagement de fumée ou d’odeur.

Plus précisément, le GTL fait partie de la famille des carburants paraffiniques répondant à la norme européenne EN15940. Cette norme nécessite d’être transcrite dans chaque pays individuellement. Le GTL est déjà commercialisé en France, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Angleterre et au Danemark. En Belgique, contrairement à ses voisins (excepté le Luxembourg), l’EN15940 n’est pas encore une norme reconnue.

Suite à la proposition de Marc Loewenstein, le ministre a annoncé qu’il prendrait contact avec Céline Fremault, ministre chargée de l’Environnement, afin d’étudier la mise en œuvre et la commercialisation du GTL en Belgique.

Pour le groupe DéFI il est important de rendre Bruxelles plus respirable afin d’améliorer la qualité de l’air et le bien-être des Bruxellois et cela le plus rapidement possible.

Marc Loewenstein prouve grâce à sa proposition que cela est possible dans de brefs délais et ajoute que «nous ne pouvons pas laisser les choses en l’état sachant qu’une alternative pourrait être implémentée dans l’intervalle avant le remplacement complet de la flotte par du 100% électrique.»

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Journée mondiale de l’aide humanitaire : lutter contre les trafiquants d’êtres humains, non contre ceux qui sauvent des vies
Journée mondiale de l'aide humanitaire Lutter contre les trafiquants d’êtres humains, non contre ceux qui sauvent des vies
Jeunesse/Environnement : Une grainothèque pour sensibiliser au développement durable et favoriser la mixité sociale
Jeunesse/Environnement Une grainothèque pour sensibiliser au développement durable et favoriser la mixité sociale
Wallonie : Tubize relance son piétonnier à l’occasion d’un week-end de festivités
Wallonie Tubize relance son piétonnier à l'occasion d'un week-end de festivités
Mobilité : Woluwe-Saint-Lambert propose une prime aux habitants qui renoncent à la voiture
Environnement/Mobilité Woluwe-Saint-Lambert propose une prime aux habitants qui renoncent à la voiture