ACTUALITÉS

Enseignement
DéFI souhaite l’abaissement de l’obligation scolaire à 3 ans
Le mardi 19 février 2019

Afin d’améliorer l’éducation des enfants, DéFI a déposé une proposition de loi à la Chambre visant à abaisser l’âge de l’obligation scolaire de 6 à 3 ans. En effet, la scolarisation des enfants avant l’école primaire obligatoire présente de nombreuses retombées positives aussi bien aux niveaux cognitif et du langage qu’aux niveaux social et sociétal. DéFI entend donc que la fréquentation de l’école maternelle, avec des horaires adaptés, soit une obligation dès l’âge de trois ans.

Des avantages aux niveaux cognitif et du langage

La petite enfance est un moment crucial pour l’acquisition et l’apprentissage des aptitudes nécessaires à la vie quotidienne telles que la coopération, l’autonomie, la créativité, la résolution de difficultés… Une enquête nationale française a d’ailleurs conclu que chaque année passée en école maternelle permet de réduire la probabilité de redoublement de la première année d’école primaire des enfants, en particulier ceux issus de foyers défavorisés*.

Au plus tôt, les enfants sont scolarisés, au mieux peut-on les prendre en charge si nécessaire en cas de troubles de langage, de parole, d’orientation spatio-temporelle et troubles psycho-moteurs. L’école joue ici pleinement son rôle de prévention, de conseil et de soutien auprès des parents tout en donnant un maximum de chances à l’enfant d’aborder le cycle primaire avec succès.

→ Des avantages aux niveaux social et sociétal

Le fait de socialiser et de stimuler les enfants dès le plus jeune âge, par l’organisation de services d’accueil ou de structures scolaires, a des retombées positives. L’éducation des jeunes enfants représente un réel bien public et apporte des avantages en termes de santé, de développements cognitif, social et affectif qui favorisent également le rapport aux autres et la cohésion sociale.

→ Un investissement financier limité

Comme le souligne le Conseil d’Etat dans son avis relatif aux différentes propositions de loi visant à abaisser l’âge de l’obligation scolaire (seul DéFI propose un abaissement à 3 ans, les autres partis proposent un abaissement à 5 ans), la mesure proposée ne devrait pas avoir d’incidence déraisonnable sur les Communautés chargées d’organiser l’enseignement et d’assurer sa gratuité. En effet, une très grande partie des enfants concernés, même dans le groupe d’âge de 3 à 4 ans, sont déjà scolarisés, et ce de manière gratuite. C’est d’ailleurs pour cette raison que la France a décidé d’abaisser l’âge de l’obligation scolaire de 6 à 3 ans, et ce dès la rentrée scolaire 2019.

Vous voulez en savoir plus ? Retrouvez la proposition de loi déposée par Olivier Maingain et Véroniques Caprasse, députés DéFI, en cliquant ici.

 

*Jarousse, JP., Mingat A., Richard M. “La scolarisation maternelle à 2 ans: effets pédagogiques et sociaux”, Education et formation, Ministère de l’éducation national et de la culture, Paris (Avril – juin 1992)

 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Grâce à Didier Gosuin et à DéFI, Bruxelles n’a jamais compté autant d’entreprises !
élections 2019 Grâce à Didier Gosuin et à DéFI, Bruxelles n'a jamais compté autant d'entreprises !
L’accès à la propriété est de plus en plus difficile pour les jeunes ménages !  Trouvez-vous cela juste ?
#cequiestjuste L’accès à la propriété est de plus en plus difficile pour les jeunes ménages ! Trouvez-vous cela juste ?
Payer un loyer peut représenter une dépense lourde pour un ménage !  Trouvez-vous cela juste ?
#cequiestjuste Payer un loyer peut représenter une dépense lourde pour un ménage ! Trouvez-vous cela juste ?
« La gauche nous dit de droite, la droite nous accuse d’être de gauche : ça prouve que nous sommes exactement là où nous devons être »
meeting de bruxelles « La gauche nous dit de droite, la droite nous accuse d'être de gauche : ça prouve que nous sommes exactement là où nous devons être »