ACTUALITÉS

Enseignement
DéFI déplore l'absence d'inspection pour les cours en immersion
Le vendredi 6 octobre 2017

« Cela fait dix ans que l’enseignement en immersion a été mis en place. C’est un succès et le nombre d’écoles adoptant l’immersion est toujours plus important. Dans ces conditions, l’absence d’inspecteurs spécifiques prévus est d’autant plus préoccupante. Aujourd’hui, les cours donnés en néerlandais ou en anglais dans ces écoles ne sont pas inspectés comme il le faudrait », regrette Joëlle Maison, députée DéFI au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, lors de sa question orale à la ministre en charge de l’Enseignement en commission de l’Enseignement ce mardi 3 octobre.

Alors que le décret mettant en place l’immersion linguistique date déjà de 2007, le niveau de langue des enseignants n’est toujours pas contrôlé. Pourquoi ? Car « il n’existe pas d’inspecteurs parlant à la fois la langue étrangère et connaissant la matière qu’ils sont censés évaluer« , explique la députée.

Par ailleurs, bien que le Pacte d’excellence va en effet modifier les missions d’inspection, « cette réforme ne résoudra pas l’absence de contrôle préalable du niveau de langue des candidats enseignants« , signale Joëlle Maison.

Certains inspecteurs vont même jusqu’à se rendre seuls dans des classes et évaluent des enseignants sans même comprendre la langue. C’est très inquiétant quand on sait que le Pacte d’excellence prévoit l’enseignement d’une deuxième langue moderne dans toutes les écoles à partir de la 3e primaire, « rien dans le contexte actuel ne promet l’amélioration de la maîtrise d’une seconde langue par les élèves francophones« , conclut la députée.

 

 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Olivier Maingain : « DéFI est disponible pour assurer la stabilité des institutions »
Grand entretien Olivier Maingain : "DéFI est disponible pour assurer la stabilité des institutions"
Amaury Alexandre & Patrick Pynnaert s’engagent pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
Namur Amaury Alexandre & Patrick Pynnaert s'engagent pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes
Pour DéFI, il est inacceptable que le survol de Bruxelles soit bien plus intense que ne l’affirme la Flandre
Région bruxelloise Pour DéFI, il est inacceptable que le survol de Bruxelles soit bien plus intense que ne l'affirme la Flandre
« Ramener les enfants avec leur mère, la seule solution à la fois humanitaire et sécuritaire »
Syrie "Ramener les enfants avec leur mère, la seule solution à la fois humanitaire et sécuritaire"