ACTUALITÉS

Élections 2019
François De Smet et Sophie Rohonyi emmèneront la liste DéFI à la Chambre
Le mercredi 6 février 2019

Ce mercredi 6 février, DéFI annonçait à la presse les deux premiers candidats DéFI à la Chambre en vue des élections fédérales du 26 mai prochain.

Ainsi, François De Smet, philosophe et directeur (en partance) du Centre fédéral Migration (Myria), tirera la liste amarante à la Chambre. Sophie Rohonyi, présidente de DéFI Périphérie et attachée parlementaire à la Chambre, sera deuxième de liste.

Ces deux personnalités incarnent pour DéFI une nouvelle génération porteuse de l’engagement citoyen.

En effet, François De Smetcomme Sophie Rohonyiont eu de vrais parcours citoyens, mais surtout, sont des candidats porteurs de convictions ! Pour Olivier Maingain, « ce choix confirme la capacité du parti à se renouveler et à s’ouvrir ». Les deux premiers candidats à la forment une équipe solide et crédible capable d’assumer demain, des rôles politiques de taille au sein d’une assemblée parlementaire.

« Nous avons besoin de personnes de qualité pour porter un message politique », souligne Olivier Maingain.

Répondre à l’enjeu démocratique

« Aujourd’hui, les forces populistes et nationalistes flattent l’idée du repli sur soi, l’idée qu’il faut être plus répressif envers les étrangers et celle selon laquelle l’identité l’emporterait sur le droit », constateFrançois De Smet. Face à ce grand clivage, le philosophe affirme avoir envie de s’impliquer davantage dans la vie démocratique de notre pays.

A mi-chemin dans sa vie professionnelle, la tête de listesouhaite apporter à DéFI son expérience et mettre ses convictions et son enthousiasme au service du travail parlementaire.

 Pour François De Smet, DéFI est un parti courageux et de conviction

François De Smet salue tout d’abord le courage du parti amarante d’être parti du MR. En effet, « DéFI ne craint pas le risque d’être minoritaire dans l’opinion publique pour défendre ses valeurs, et même si ça met du temps ». DéFI est un parti courageux également parce qu’il n’a pas peur du mot laïcité ni d’afficher sa volonté de l’inscrire dans la constitution. Mais c’est en outre une formation politique qui « a l’immense avantage d’être radicale sur la seule chose qui doit être radicale : les droits humains », ajoute la tête de liste DéFI à la Chambre.

 La migration : une réalité qu’il faut gérer

« Il y aura un moment migration dans la campagne qui mettra en avant un schéma de politique migratoire sérieux et respectueux des droits humains », affirme François De Smet.

Pour le candidat amarante, il ne s’agit pas de faire de la migration un phénomène dont il faut se prémunir, mais surtout une réalité que nous devons gérer.

 « Je vois la politique comme un moyen de concrétiser des projets, défendre des valeurs »

 Sophie Rohonyientend défendre des projets nécessaires pour notre société sans courir derrière un électorat. En effet, la vice-présidente de DéFI Périphérie voit la politique «comme un moyen de concrétiser des projets et défendre des valeurs ». Et au vu de son expérience durant cette législature en tant qu’attachée parlementaire d’Olivier Maingain, la deuxième de liste à la Chambre se dit capable de défendre au mieux les exigences de la fonction de députée fédérale.

Défendre une société de l’émancipation

« Aujourd’hui, nous sommes face à une société divisée et fracturée tant en fonction de la classe sociale que des convictions personnelles. C’est une société dans laquelle je m’y retrouve de moins en moins ». C’est sur base de ce constat que Sophie Rohonyientend représenter une génération qui ne s’y retrouve plus et défendre une société inclusive faite de projets qui donnent à chacun les clés de son émancipation.

Pour la deuxième de liste, cette défense d’une société réellement émancipatrice est transversale. Elle passe par une meilleure gestion dela justice où chacun est égal et peut faire valoir ses droits. Elle concerne également la défense de l’égalité homme-femme mais aussi la protection de notre environnement et la mise en œuvre d’une justice fiscale qui permette à tous de vivre décemment.

 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Jonathan de Patoul : « Se sentir honteux devant une situation injuste donne envie de se battre même si on n’en n’est pas responsable »
à la rencontre de nos élus (4) Jonathan de Patoul : « Se sentir honteux devant une situation injuste donne envie de se battre même si on n'en n'est pas responsable »
DéFI désigne ses chefs de groupe aux Parlements bruxellois
région bruxelloise DéFI désigne ses chefs de groupe aux Parlements bruxellois
L’intégralité de l’accord du gouvernement bruxellois
Région bruxelloise L'intégralité de l'accord du gouvernement bruxellois
Bernard Clerfayt est le ministre bruxellois DéFI de l’Emploi et de la Formation
région bruxelloise Bernard Clerfayt est le ministre bruxellois DéFI de l'Emploi et de la Formation