ACTUALITÉS

Éducation
Les constats et interrogations de DéFI sur le budget 2019
Le mardi 27 novembre 2018

Ce mardi 27 novembre, Joëlle Maison, cheffe de groupe et députée DéFI au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, est intervenue à plusieurs reprises lors de la Commission Budget Éducation. Pour rappel, le budget 2019 de l’enseignement sera voté très prochainement en séance plénière. 

Constats et interrogations sur le budget initial 2019

Enseignement obligatoire

Il ressort d’une récente étude menée par Jean-Paul Lambert, recteur honoraire de l’université de Saint-Louis, que notre enseignement obligatoire est l’un des mieux financé : « pour l’enseignement obligatoire, la FWB consacre davantage de moyens par élève en part du PIB que n’importe quel autre pays comparable » (Le Soir p6 19/11).

=> Or, Joëlle Maison fait remarquer que notre enseignement est aussi l’un des plus inégalitaires au sein de l’UE et de l’OCDE, ce qui constitue un paradoxe alarmant.

Dans le budget initial de 2019, l’écart entre l’enveloppe du fondamental et celui du secondaire s’amenuise, mais cet écart reste singulier à notre système éducatif puisque la Belgique francophone est l’un des seuls pays à investir davantage en secondaire, au détriment du fondamental et de l’enseignement supérieur qui reste largement sous-financé par rapport à tout autre pays européen.

Enseignement spécialisé

Joëlle Maison constate que le budget est en indexation constante. Or, il y a une contradiction avec les engagements pris par le gouvernement en faveur de l’inclusion d’enfants présentant des troubles de l’apprentissage, issus du spécialisé vers l’enseignement ordinaire. Joëlle Maison rappelle le décret « Aménagements raisonnables » (pour lequel DéFI a été signataire), et les nombreuses mesures du Pacte, qui allaient dans ce sens.

=> La députée DéFI rappelle que le coût d’un élève dans le spécialisé est de +/- 14.500 euros / an, alors que le coût d’un enfant dans l’enseignement ordinaire est de 3.500 euros / an. Cherchez l’erreur!

Futur réseau WBE

Le budget prévoit également une enveloppe de 23 millions d’euros en faveur de la scission du pouvoir régulateur et du pouvoir organisateur du futur réseau WBE, toujours prévue par le gouvernement pour début septembre 2019. Pour de nombreux acteurs de l’enseignement, cette scission est la condition sine qua non à la mise en œuvre du Pacte d’excellence. Alors que les négociations sont à l’arrêt, que DéFI et Ecolo ont quitté la table des négociations fin septembre, que le MR vient de le faire à son tour, la Ministre semble faire « comme si de rien n’était ».

=> Joëlle Maison s’interroge sur l’aberration de la situation !

Engagement de « conseillers en prévention »

Le budget prévoit 7 millions d’euros en provision pour l’engagement de « conseillers en prévention ». Certes, cette mesure résulte d’un décret datant de 2009 et jamais mise en oeuvre jusqu’à aujourd’hui. Certes, la sécurisation et la prévention dans les écoles, notamment la santé, la sécurité, l’hygiène au travail, sont des thématiques essentielles. Mais il s’agit ici d’une somme considérable.

=> Quelle est la pertinence d’injecter de tels montants quand la problématique des infrastructures scolaires n’est pas résolue et constitue pourtant le préalable à leur sécurisation ?

Lutte contre l’échec scolaire

300.000 euros sont injectés grâce à un glissement d’une autre allocation budgétaire.

=> À l’aune des résultats médiocres de la Belgique aux études PISA et OCDE, ne serait-il pas préférable de prendre des mesures plus concrètes ? D’initier davantage de projets-pilotes pour favoriser l’apprentissage des maths, des sciences ou le goût de la lecture ?

Lutte contre le harcèlement scolaire

DéFI s’interroge sur la façon dont sera utilisée l’enveloppe de 600.000 euros dans la lutte contre le harcèlement scolaire. En outre, l’Institut de la formation en cours de carrière voit son budget augmenter, entre autres, pour organiser une formation à l’attention des éducateurs dans le cadre de la lutte contre le harcèlement et la violence scolaire.

=> Cette mesure est bénéfique, mais Joëlle Maison rappelle que cette formation doit s’étendre à l’ensemble des membres du personnel du système éducatif, tant au fondamental qu’en secondaire.

Assuétudes

Joëlle Maison rappelle plusieurs constats alarmants sortis récemment dans la presse sur les dégâts du « Binge drinking » auprès des jeunes : « Chaque semaine, 45 jeunes de moins de 18 ans sont admis aux urgences pour avoir abusé d’alcool » (l’Echo 23/11/2018). Sans même évoquer ici la consommation de cannabis. Pourtant, l’allocation budgétaire consacrée à cette thématique diminue fortement !

Numérique

Le budget initial prévoit des crédits de 8.7 millions d’euros au profit des membres du personnel enseignant utilisant leur matériel informatique sur le lieu de travail. Pourquoi pas? Mais n’attelle-t-on pas « la charrue avant les bœufs »? 

=> Ne serait-ce pas plus utile d’investir d’abord dans la formation au numérique ? Comme le pointait justement le dernier Baromètre Digital Wallonia 2018, les enseignants ne sont pas assez formés à l’usage pédagogique pertinent de ces nouveaux outils !

Enseignement qualifiant et alternance

Pour DéFI, les crédits engagés relèvent de beaucoup de saupoudrage et non d’un réel investissement. Le budget ne fait aucune mention d’investissements dans de nouvelles écoles qualifiantes à Bruxelles, alors que cette filière va connaître un déficit de 3000 places. Le budget ne prévoit pas non plus la création de nouvelles filières attractives, d’excellence, telles que les filières vertes ou le coding.

Éducation aux médias

Joëlle Maison rappelle ses nombreuses interpellations en commission demandant à la Ministre d’augmenter le budget consacré à cet enjeu. A l’heure actuelle, 1 euro par élève / an est consacré à l’éducation aux médias. Il s’agit pourtant d’un enjeu urgent, au même titre que la maîtrise de la langue d’enseignement, impliquant une éducation à l’esprit critique.

=> C’est un sujet actuel qui exige plus d’actions et plus de moyens !

Encadrement différencié

Depuis 20 ans, une enveloppe importante du budget de la FWB est consacrée à l’encadrement différencié mais nous n’avons aucun regard sur l’impact de ce financement. Aucune évaluation n’a jamais été réalisée. 70 millions par an y sont injectés, sans aucun indicateur, sans aucun regard sur l’efficience.

Pénurie des enseignants

DéFI a demandé à de nombreuses reprises qu’un budget soit consacré à une vaste campagne de promotion et de valorisation du métier enseignant. Nous constatons qu’aucune allocation n’a été prévue dans le budget 2019 !

Discriminations à l’égard des professeurs d’académies de musique

Enfin, comme chaque année, Joëlle Maison rappelle l’inacceptable discrimination dont sont victimes les professeurs d’académies de musique, actuellement sous-rémunérés selon un barème (301) ne correspondant pas au nombre d’années d’études requises puisqu’ils doivent impérativement être titulaires d’un master (barème 501). Le budget prévoit une légère indexation mais il n’y a toujours aucune avancée sur la reconnaissance de leurs diplômes.

=> Il s’agit d’une inacceptable violation des droits fondamentaux de toute une catégorie d’enseignants!

Pacte d’excellence

Joëlle Maison a salué la mise en œuvre de certaines mesures comme :

  • l’augmentation de l’aide administrative accordée aux directeurs d’école du fondamental
  • le renforcement de l’encadrement en maternel (instituteurs, psychomotriciens, puériculteurs et logopèdes).

 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Social
AUTRES ACTUALITÉS
Interview : Sophie de Vos prête à relever les défis d’Auderghem !
Interview Sophie de Vos prête à relever les défis d’Auderghem !
Crise gouvernementale : DéFI ne votera pas de motion de méfiance avec la N-VA
Crise gouvernementale DéFI ne votera pas de motion de méfiance avec la N-VA
Interview : Pour DéFI, le gouvernement « orange bleu » doit demander la confiance au Parlement !
Interview Pour DéFI, le gouvernement "orange bleu" doit demander la confiance au Parlement !
Reconnaissance du foetus et de l’enfant sans vie : NON à une remise en cause des droits des femmes et du droit à l’IVG !
Reconnaissance du foetus et de l’enfant sans vie NON à une remise en cause des droits des femmes et du droit à l'IVG !