ACTUALITÉS

Fédération Wallonie-Bruxelles
Développer l'esprit d'entreprendre dans les écoles
Le jeudi 15 juillet 2021

Notre député Michaël Vossaert a été invité sur la Radio Judaïca pour parler de sa proposition de résolution relative à l’esprit d’entreprendre en Fédération Wallonie-Bruxelles. Un projet pilote motivé par le fait qu’une série d’associations œuvrent pour promouvoir l’esprit d’entreprendre mais qu’il n’y a pas vraiment de structure. Via cet appel à projet, la Fédération Wallonie-Bruxelles va pouvoir être pilote de cette action, et les écoles volontaires, ainsi que les associations vont pouvoir prendre part à ce projet. 

« Au niveau européen, nous avons pu remarquer que la culture d’entrepreneuriat n’est pas encore assez développée en Belgique »

D’un autre côté, nous avons pu remarquer, entre 2018 et 2019, une augmentation de 31% du nombre de personnes qui se sont mises comme indépendants. Dans le monde de l’enseignement, il faut montrer à un enfant tout ce qu’il peut faire dans sa vie.

Passer par le système éducatif dans le but de solliciter la jeunesse pour qu’elle entreprenne.

Les compétences développées dans le cadre de l’esprit d’entreprendre sont transversales et peuvent toucher à la vie quotidienne : 

  • L’expression orale 
  • La question de la gestion de groupe 
  • Pouvoir être en relation 
  • Etre à l’écoute et dans l’empathie
  • Faire preuve de confiance en soi
  • Travailler l’échec pour pouvoir rebondir, se réinventer

Incorporer l’esprit d’entreprendre dans les matières enseignées à l’école

Par exemple, l’esprit d’entreprendre peut être incorporé dans un énoncé mathématique pour expliquer un exercice ou tout simplement en mettant l’élève dans la peu d’un indépendant qui souhaite se lancer. Il s’agira donc ici de travailler sur les compétences de base telles que les mathématiques ou le français, et plus particulièrement l’expression orale, pour défendre et argumenter. D’ailleurs, certaines écoles offrent la possibilité à leurs élèves de participer à des projets de mini entreprise. Les chiffres sont encourageants puisque 15 à 20% de ces élèves sont devenus eux-mêmes indépendants. 

C’est une voix supplémentaire qui permet de donner une chance à toutes et à tous de devenir un jour peut-être indépendant.

Après la pandémie de Covid-19, il faut penser à des moyens pour se réinventer. L’auto-création d’emploi peut être une solution, dans le sens où le jeune indépendant va dans un premier temps créer son propre emploi, mais aussi générer des emplois supplémentaires. Pour Michaël Vossaert  « C’est un projet de société, une voix supplémentaire, une possibilité qu’on donne. Ce qui compte pour moi, c’est que ce point soit mis à l’agenda politique, qu’il soit débattu et qu’il se concrétise. »

« L’esprit d’entreprendre c’est pour pouvoir vendre ses services, connaitre les attentes, les besoins des autres et être à l’écoute. Je crois que cela fait partie des qualités même qu’on peut développer.Il ne faut pas absolument aller vers l’entrepreneuriat en tant que tel, mais c’est une manière de développer nos compétences humaines avant tout. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
“J’ai joué le rôle de lanceur d’alerte”
Woluwe-Saint-Lambert “J’ai joué le rôle de lanceur d’alerte”
Sans-papiers : Trois propositions pour en sortir par le haut
Carte blanche Sans-papiers : Trois propositions pour en sortir par le haut
“Sans-papiers : Nous ne voulons plus des méthodes de Theo Francken”
Interview “Sans-papiers : Nous ne voulons plus des méthodes de Theo Francken”
“Il y a des moments où il est complexe de décider. Je me demande tout le temps si j’ai pris la bonne décision”
Schaerbeek “Il y a des moments où il est complexe de décider. Je me demande tout le temps si j’ai pris la bonne décision”