ACTUALITÉS

Région bruxelloise
Développement du réseau de la STIB et le choix des modes de transport
Le mardi 22 juin 2021

Aujourd’hui, notre député Marc Loewenstein a interrogé la Ministre bruxelloise de la mobilité, Elke Van den Brandt à propos du choix des modes de transport dans le cadre du développement du réseau de la STIB.

Ses questions s’articulaient autour de deux grands axes :  

  1. Lorsqu’une nouvelle ligne est développée ou adaptée, comment est-ce que la STIB opère et motive le choix d’un mode de transport? Et sur la base de quels critères? 
  2. Pourquoi est-ce que le choix se limite aujourd’hui entre le bus (simple/articulé), le tram et le métro? Et pourquoi est-ce que le bus biarticulé ne fait pas partie de ces options?

Alors que la STIB entreprend, et entreprendra, de futurs projets pour développer son réseau métro, tram et bus, il arrive que le mode de transport proposé soit contesté.

Lors du débat sur la tramification de la ligne de bus 71, certaines associations de riverains et d’usagers avaient plaidé pour une alternative au tram, à savoir le bus biarticulé.

D’une plus grande capacité qu’un bus articulé et, a fortiori, d’un bus simple, ce type de véhicule semble pouvoir constituer une alternative à l’installation plus lourde d’un dispositif de tram comme: 

  • L’installation de rails et câbles aériens
  • Les travaux que cela implique
  • Les nuisances que cela peut générer pour les riverains et commerçants pendant la durée du chantier
  • L’entretien périodique nécessaire de ces rails qui génèrent à nouveau les mêmes nuisances
  • Les nuisances liées aux bruits et vibrations.

➡ Il est un fait que les trams ne génèrent pas des problèmes de bruit et vibrations partout et disposent d’atouts, tout comme les bus biarticulés ne peuvent pas constituer la solution miracle partout et peuvent également générer certaines nuisances, notamment lorsque le coffre de voirie n’est pas adapté, mais c’est le cas également pour les bus articulés.

En avril 2017, l’ex-ministre bruxellois de la mobilité, Pascal Smet avait, avec la STIB, réalisé un test de bus biarticulés sur le trajet de la ligne 71. Test auquel des membres de la commission et les associations demanderesses ont pu participer. 

Le ministre Smet précisait, en réponse à un débat en commission le 12 juin 2017, que le bus testé ne sortait de la norme qu’en termes de longueur (+6 mètres par rapport à un bus articulé (18 mètres), ce qui donne un total de 24 mètres -, mais pas en termes de poids. Il rappelait à ce moment que

  • la Région était en train d’acheter 235 bus, dont des hybrides
  • des tests étaient effectués sur des bus électriques sur quatre lignes
  • cela demande beaucoup de travail 
  • même si l’avis de la Région était favorable au bus biarticulés, la STIB n’aurait pas la possibilité financière de les acheter car leur acquisition ne pouvait être prévue avant 2025.

➡ L’intention n’était donc pas d’acheter ce matériel sous la présente législature.

Ces derniers mois, cette solution de bus biarticulés a été à nouveau proposée par certains comités de quartier dans le cadre de la mise en place d’une ligne de tram à Neder-Over-Hembeek passant notamment par les rues Hembeek et Vekemans. La STIB s’est alors opposée à cette alternative au T3000.

Ce type de bus de grande capacité (+/-150 places) circulent dans d’autres villes en et hors Europe, mais il constitue aussi une solution mise en place par DE LIJN dans le nord de Bruxelles avec le ringtrambus. Lors d’un débat ici sur les collaborations entre Bruxelles et la Flandre en matière de mobilité, la Ministre Van Den Brandt avait alors précisé « Concernant les lignes de tram, nous avons délivré au début de cette législature un permis temporaire permettant au ringtrambus de circuler à Bruxelles. Il s’agissait de donner un signal important à la Flandre, en montrant notre volonté de ne pas bloquer inutilement un dossier positif. Nous aurions évidemment préféré un véritable tram circulant entre les deux Régions, mais le ringtrambus est tout de même un véhicule intéressant ». Selon la Ministre Van den brandt, le bus biarticulé serait donc un véhicule intéressant, contrairement à ce que partage la STIB. 

Certes, ces longs bus ne peuvent circuler partout à Bruxelles mais il en est de même des trams. Et autant nous développons des sites propres pour les trams, autant nous pourrons également en développer pour ces bus biarticulés, ce qui paraît être moins impactant pour les voiries, les riverains et les commerçants.

Cette demande d’explications ne visait en aucun cas à remettre en question le métro qui reste un moyen de transport efficace, générant peu de nuisance et donc le développement doit se pour poursuivre dès maintenant, et au-delà de l’axe Albert-Evere, pour que notre région dispose d’un réseau digne d’une capitale nationale et internationale. Par contre, cette demande d’explications visait à s’assurer que le choix du mode de transport à développer se fasse sans exclusive, sans tabou, sans idéologie, en se basant sur des critères objectifs et en tenant bien compte des spécificités des quartiers desservis.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
“J’ai joué le rôle de lanceur d’alerte”
Woluwe-Saint-Lambert “J’ai joué le rôle de lanceur d’alerte”
Sans-papiers : Trois propositions pour en sortir par le haut
Carte blanche Sans-papiers : Trois propositions pour en sortir par le haut
“Sans-papiers : Nous ne voulons plus des méthodes de Theo Francken”
Interview “Sans-papiers : Nous ne voulons plus des méthodes de Theo Francken”
“Il y a des moments où il est complexe de décider. Je me demande tout le temps si j’ai pris la bonne décision”
Schaerbeek “Il y a des moments où il est complexe de décider. Je me demande tout le temps si j’ai pris la bonne décision”