ACTUALITÉS

Covid-19
DéFI Wallonie dénonce la mise en péril de la situation sanitaire et économique de la part des TEC
Le lundi 16 novembre 2020

Jeudi 12 novembre, la Région wallonne annonçait le renfort des lignes de bus pour la rentrée scolaire de ce lundi 16 novembre par des sociétés privées afin de limiter les contacts trop rapprochés dans les transports en commun. Dès vendredi 13 novembre, les TEC Charleroi se sont mis en grève craignant que ceci n’entraîne à terme une privatisation des TEC. La direction a alors assuré que ce n’était pas le cas et que cette mesure était provisoire.

Revirement de situation

Les autocaristes privés témoignent, ce dimanche 15 novembre, de leur mécontentement. Leur Fédération (FBAA) avait, en effet, effectué un scanning des véhicules disponibles et établi un budget pour le Ministre de la Mobilité. Fin de semaine dernière, ils ont reçu les avis d’attribution ainsi que les instructions pour démarrer, ce lundi, le renforcement des lignes TEC. Les autocaristes privés ont donc passé leur week-end à organiser des parcours de reconnaissance sur le terrain, à floquer leurs véhicules avec les autocollants et instructions pour les passagers, mais aussi à briefer les chauffeurs… Et ce n’est pas tout, certaines compagnies ont dû, en urgence, assurer les véhicules qui étaient à l’arrêt depuis mars dernier suite à la première vague de covid-19. 

Ce dimanche, à 10h, ces autocaristes ayant mis tout en œuvre en 2 jours pour répondre à la demande de la Région wallonne, sont informés que les renforcements ne prendront finalement pas cours ce lundi matin. Un coup de massue pour ce secteur déjà durement touché par l’annulation des voyages touristiques mais aussi par les suppressions des excursions scolaires notamment.Bertrand Custinne, Président provincial de DéFI Namur et ancien échevin de la mobilité, dénonce également ce volte-face qui met en péril la santé des navetteurs et des écoliers qui reprennent l’école aujourd’hui. De nombreuses lignes étaient déjà surchargées et ceci ne va rien arranger.

Une justification ubuesque

DéFI Wallonie et l’ensemble de ses présidents de Fédérations provinciales dénoncent le manque de courage du gouvernement wallon qui n’a pas maintenu sa décision pourtant bénéfique autant sur le plan sanitaire qu’économique. Ce lundi, le gouvernement flamand active, lui, plus de 100 nouveaux autocars pour soulager DE LIJN portant ainsi l’offre à 350 autocars de renforcement.

Le gouvernement wallon annonce que cette première semaine de rentrée scolaire sera mise à profit pour analyser l’utilité d’un renfort des TEC par des autocaristes privés. Si l’utilité est avérée, ces renforts pourraient entrer en vigueur à partir du lundi 23 novembre.

Pascal Goergen, Président de DéFI Wallonie s’insurge : « Je trouve cette justification complètement ubuesque. Si, en effet, il s’avérait que certaines lignes sont surchargées, il sera bien évidemment trop tard dans une semaine. Les contaminations auront repris et les efforts anéantis. Ne faut-il pas mieux prévenir que guérir ? »

Même si DéFI ne conteste aucunement le droit de grève, il y va ici d’une situation sanitaire grave où la solidarité devrait primer sur une crainte préexistante. Pour DéFI, il ne faut pas opposer le secteur privé et public mais plutôt mutualiser les moyens pour améliorer les conditions sanitaires avant tout.

DéFI Wallonie demande au gouvernement wallon d’être ferme sur ses décisions politiques, bien trop changeantes durant cette crise et ce, dans l’intérêt de toute la population.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Woluwe-Saint-Lambert obtient le titre de « Commune du commerce équitable »
développement durable Woluwe-Saint-Lambert obtient le titre de « Commune du commerce équitable »
“Il faut offrir à la population des perspectives, tout en évitant une troisième vague”
Covid-19 “Il faut offrir à la population des perspectives, tout en évitant une troisième vague”
Le budget bruxellois en hausse de 33%
Bien-être animal Le budget bruxellois en hausse de 33%
Une nouvelle mesure pour aider les chercheurs d’emploi, dont l’entreprise a fait faillite, à rebondir
Région bruxelloise Une nouvelle mesure pour aider les chercheurs d’emploi, dont l’entreprise a fait faillite, à rebondir