ACTUALITÉS

Charleroi-Thuin
DéFI veut réconcilier les citoyens à la politique et prône le décumul
Le jeudi 23 mai 2019

Jean-Noël Gillard, 1er à la Région wallonne (Hainaut / Charleroi-Thuin), et Ingrid Colicis, 2ème sur cette même liste, étaient les invités des débats électoraux de TéléSambre.

Revoir le débat de Jean-Noël Gillard

Revoir le débat d’Ingrid Colicis

 

Jean-Noël Gillard ouvre le débat sur la bonne gouvernance et le manque de confiance des citoyens en la politique : « la confiance en la politique s’est délitée suite aux affaires avec toujours les mêmes qui tirent les ficelles d’ailleurs. Aujourd’hui, la question de la transparence et de la bonne gouvernance est centrale. DéFI plaide, par exemple, pour le décumul parce qu’il n’y a rien de plus sain que de se consacrer pleinement à la fonction pour laquelle on a été élu. Il y a un gros travail à faire pour réconcilier le citoyen au monde politique« .

« C’est un enjeu majeur pour notre bassin de Charleroi et de toutes les communes de la ruralité« , explique Jean-Noël Gillard à propose de la mobilité dans la région. « On ne va pas suffisamment loin dans l’intermodalité. On doit donc développer quantitativement et qualitativement les transports en commun« .

Sur le sujet de l’emploi et de la formation, Ingrid Colicis met en valeur le travail réalisé récemment à Charleroi « Nous avons vécu une réelle éclosion positive en matière de formation« . Mais elle souhaite aller plus loin, « DéFI propose de développer des écoles spécialisées dans les métiers du futur comme ingénierie technique, la domotique ou encore la construction durable…« . Jean-Noël Gillard lui, met en avant la volonté de DéFI de conquérir un nouveau droit social « il faut un droit à la formation. Nous plaidons clairement pour une formation continue des travailleurs avec 24h de formation garantie par an« 

Sur la thématique de la culture, Ingrid Colicis souhaite surtout une stabilisation des subventions des opérateurs culturels sur le long terme : « un contrat programme, c’est assez rigide et assez certain mais pour les autres opérateurs culturels qui reçoivent des subventions en art de la scène par exemple, parfois, c’est pour 1 ou 2 ans et après vous ne savez pas exactement comment vous aller poursuivre vos activités. Dans ce cas là, il y a un travail à faire pour le stabiliser dans le temps sur le plus long terme. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Rapprochons les citoyens de la politique grâce à la démocratie participative !
Journée internationale de la démocratie Rapprochons les citoyens de la politique grâce à la démocratie participative !
DéFI seul parti en progression en Wallonie et à Bruxelles, Olivier Maingain personnalité préférée des Bruxellois
Sondage DéFI seul parti en progression en Wallonie et à Bruxelles, Olivier Maingain personnalité préférée des Bruxellois
Quinzaine de la BD, « c’est une fierté pour Libramont »
événement Quinzaine de la BD, "c'est une fierté pour Libramont"
Deux écoles à pédagogie active dans le quartier Josaphat
Schaerbeek Deux écoles à pédagogie active dans le quartier Josaphat