ACTUALITÉS

Bien-être animal
DéFI veut permettre aux associations d’attaquer en justice les auteurs de maltraitance animale
Le jeudi 2 juillet 2020

Alors qu’en février dernier, au fédéral, la consécration officielle de la sensibilité des animaux avait lieu par l’adoption de la loi portant la réforme du droit des biens où est précisé que « les animaux sont doués de sensibilité et ont des besoins biologiques », le combat pour le bien-être animal est loin d’être fini !

En effet, durant le confinement, l’histoire de Fiona, femelle labrador victime d’horribles maltraitances de la part de ses propriétaires et sauvée par l’ASBL Sans Collier a suscité une vague d’indignation dans notre pays et hors de nos frontières. Le #JeRevePourFiona a fait de la petite chienne le symbole de la lutte contre la maltraitance sur les réseaux sociaux.

Si la chienne semble désormais tirée d’affaire, l’attention des associations de protection animale est maintenant rivée du côté du système judiciaire belge, jugé souvent trop laxiste envers les tortionnaires d’animaux.
C’est dans cette optique que DéFI a déposé une proposition de loi pour étendre aux associations de protection animale la possibilité d’attaquer en justice les auteurs de maltraitance animale.

Pour DéFI, il faut forcer la justice à prendre en charge les dossiers et éviter le classement sans suite pour ces faits, comme ce fut notamment le cas pour Polly, une ponette recueillie par Animaux en péril dans un état de maigreur extrême, couverte de poux et avec des sabots qui n’avaient pas été entretenus depuis une dizaine d’années, entraînant une souffrance importante à l’animal.

Malgré la gravité des faits, le procureur du Roi avait décidé de classer le dossier sans suite !

Pour Gaïa, il s’agirait d’un important pas en avant dans la lutte contre la maltraitance. « Les animaux ne sont pas considérés comme des victimes d’un point de vue juridique. Il est donc important que des associations qui luttent contre la maltraitance animale puissent les représenter devant la justice. Pour nous, il est essentiel que la justice reconnaisse l’importance de pouvoir représenter ces animaux. Depuis plusieurs années, Gaïa se constitue régulièrement partie civile pour des cas de maltraitance animale et la plupart des juges acceptent. Mais même si on sent que les mentalités évoluent et que les juges sont de plus en plus sensibles à cette question, ce n’est pas systématiquement le cas », commente Michel Vandenbosch, président de Gaïa.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
« Il est temps de demander  l’élargissement de la Région bruxelloise »
négociations fédérales "Il est temps de demander l'élargissement de la Région bruxelloise"
Un groupe de travail sur la biodiversité grâce à DéFI
Pepinster Un groupe de travail sur la biodiversité grâce à DéFI
Article 27 emménage à la Maison Howet de Libramont-Chevigny
Province du Luxembourg Article 27 emménage à la Maison Howet de Libramont-Chevigny
DéFI va investir pour vous défendre, vous rassembler et fédérer le plus possible
Fête nationale DéFI va investir pour vous défendre, vous rassembler et fédérer le plus possible