ACTUALITÉS

migration
DéFI encourage la Belgique à se joindre à l'accord de Malte
Le jeudi 26 septembre 2019

Lundi 23 septembre, cinq pays de l’Union européenne (Malte, Italie, France, Allemagne, Finlande) ont scellé, à Malte, un accord un mécanisme de répartition des migrants qui arrivent par la Méditerranée. Il s’agit d’un mécanisme temporaire de débarquement des personnes secourues en Méditerranée centrale incluant une répartition automatique des migrants débarquant à Malte ou en Italie. Le mécanisme de répartition envisagé se veut temporaire, dans l’attente d’une renégociation du règlement de Dublin, dont chacun reconnaît aujourd’hui qu’il ne permet pas de gérer ni efficacement ni humainement les arrivées de migrants en Méditerranée. Ce jeudi 26 septembre, en séance plénière de la Chambre, le député fédéral DéFI François De Smet a interrogé la ministre des Affaires sociales pour lui demander si la Belgique allait soutenir voire rejoindre ce mécanisme européen. Maggie De Block a répondu que le contenu de cet accord allait être analysé et a renvoyé au conseil européen du 8 octobre sur la question. « La ministre laisse la question en suspens, dit François De Smet. Nous invitons la Belgique à se joindre à l’accord de Malte. Les affaires courantes n’empêchent pas de sauver des vies. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
L’app « Fluicity » pour être davantage à l’écoute des citoyens
Ganshoren L'app "Fluicity" pour être davantage à l'écoute des citoyens
10 ans du Centre Malou : « Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent »
Woluwe-Saint-Lambert 10 ans du Centre Malou : "Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent"
Alain Kestemont : « Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone »
Communales, un an après : Anderlecht Alain Kestemont : "Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone"
Patrick Pynnaert : « On ne respecte pas la mémoire »
Fort de Cognelée Patrick Pynnaert : "On ne respecte pas la mémoire"