ACTUALITÉS

FLANDRE
DéFI dénonce le repli identitaire d’un gouvernement flamand sous influence du Vlaams Belang
Le lundi 30 septembre 2019

L’accord de gouvernement flamand présenté ce lundi marque une nouvelle fois le virage d’une classe politique flamande de plus en plus repliée sur elle-même, aveuglée par ses obsessions nationalistes et complaisante face aux discours d’exclusion de l’extrême droite.

Pour DéFI, plusieurs des mesures prises par la majorité N-VA – CD&V – Open VLD portent la marque du Vlaams Belang avec lequel le principal parti de Flandre a longuement négocié. C’est le cas du durcissement des conditions des prestations sociales pour les étrangers arrivant en Flandre ainsi que de celles du parcours d’intégration. Certaines de ces mesures posent sérieusement question en matière de loyauté fédérale puisqu’elles risquent de créer des déséquilibres importants entre des Régions ne fournissant plus les mêmes aides sociales.

Selon DéFI, l’abandon du financement du Centre interfédéral pour l’égalité des chances Unia par la Flandre pose autant de questions. Unia est un service public interfédéral, indépendant et expert en politique d’égalité et de non-discrimination, particulièrement actif dans un contexte où les inégalités et les discriminations sont toujours nombreuses. La volonté de la Flandre de lui couper les subsides symbolise à la fois un repli identitaire et une mainmise de l’extrême droite, laquelle demandait déjà la suppression du Centre en 1992 !

Non content de s’approprier les thèses de l’extrême droite, le gouvernement flamand entend réagir aux résultats du Vlaams Belang en instaurant un droit de vote à géométrie variable (qui sera non obligatoire aux communales et aux provinciales flamandes) qui démontre la volonté de la Flandre de s’affranchir une fois encore du socle commun de valeurs qui fonde l’Etat belge, à l’heure d’une crise de confiance entre le politique et le citoyen.

Certes, la Flandre demeure pleinement compétente pour ériger en infraction les manquements aux décrets qu’elle adopte. Mais la création d’un ministère de la Justice et de son Exécution démontre surtout qu’elle s’arroge symboliquement une compétence qui ne lui revient pas. Si ce ministère se confirme, il constitue une preuve que la Flandre s’érige en Etat qui a de moins de moins de comptes à rendre à l’Etat fédéral.

Enfin, en annonçant l’élargissement unilatéral du Ring de Bruxelles, la Flandre montre une nouvelle fois son mépris de la concertation entre Régions et sa volonté d’étouffer Bruxelles sans égard pour la qualité de vie de ses habitants.

DéFI ne peut que déplorer une évolution qui n’augure rien de bon pour le fédéralisme de coopération et constater que la Flandre semble faire le choix d’un fédéralisme de confrontation inquiétant.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
L’app « Fluicity » pour être davantage à l’écoute des citoyens
Ganshoren L'app "Fluicity" pour être davantage à l'écoute des citoyens
10 ans du Centre Malou : « Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent »
Woluwe-Saint-Lambert 10 ans du Centre Malou : "Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent"
Alain Kestemont : « Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone »
Communales, un an après : Anderlecht Alain Kestemont : "Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone"
Patrick Pynnaert : « On ne respecte pas la mémoire »
Fort de Cognelée Patrick Pynnaert : "On ne respecte pas la mémoire"