ACTUALITÉS

Bruxelles
DéFI demande la réouverture du marché de la place du Jeu de Balle
Le mercredi 10 février 2021

Ce lundi 8 février, Fabian Maingain, échevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles était l’invité de Fabrice Grosfilley dans Toujours + d’actu sur BX1. Il aborde plusieurs thématiques, notamment la réouverture des salons de coiffure, l’abandon du moratoire sur les faillites, le marché du jeu de balle et insiste sur le protocole de réouverture corona safe pour le secteur de l’horeca.

DéFI demande la réouverture du marché de la place du Jeu de Balle

Fabian Maingain s’inquiète de la situation des marchands de la place du jeu de balle, dans les Marolles. Un arrêté ministériel indique, en effet, que ce marché est considéré comme une brocante et ne peut donc rouvrir comme les autres marchés en plein air. « Nous demandons la réouverture immédiate du marché de la place du jeu de balle, car ces marchands n’ont pas droit aux primes, comme l’indique l’arrêté ministériel. Ce marché de plein air doit pouvoir couvrir tout un quartier qui en dépend ». 

DéFI demande au gouvernement de corriger cet arrêté et de permettre la réouverture d’un marché de plein air selon le protocole applicable à l’ensemble des autres marchés. Il en va de l’avenir économique des marchands mais également du quartier des Marolles.

DéFI plaide pour une réouverture en fonction des critères de sécurité sanitaire

Le dossier de la réouverture des coiffeurs était sur la table du Comité de concertation de vendredi dernier. Comme les chiffres sont encourageants, ils ont fait pencher la balance du côté de la réouverture. Malgré le fait que tous les secteurs sont importants, il est favorable de rouvrir progressivement car à chaque réouverture d’un secteur, il y a des risques de propagation. DéFI propose de rouvrir de manière sécurisée un certain nombre de secteurs à partir du moment où il y a des protocoles qui sont clairement définis et appliqués. Fabian Maingain déplore lors de ce  Codeco,  que les échanges sociaux soient privilégiés par rapport à la sécurité. “Il faut ouvrir en fonction des critères de sécurité sanitaire grâce aux solutions techniques qui existent aujourd’hui, c’est-à-dire le filtre à air par exemple”.

Plan de réouverture du secteur de l’Horeca

DéFI plaide pour un plan de reprise corona safe. Pour les deux députés Sophie Rohonyi au Fédéral , Michaël Vossaert à la Région bruxelloise, et Fabian Maingain, un plan spécifique de reprise assorti d’aides matérielles et économiques complémentaires doit être adopté au plus vite. Différentes mesures possibles sont étudiées pour assurer une sécurité sanitaire pour permettre une réouverture du secteur de l’horeca notamment le filtre à air. Mais ce genre de “gadget” a un coût et demande donc un financement par les pouvoirs publics.  Fabian Maingain, ajoute “tout le monde s’accorde à dire qu’on peut plus ouvrir et jouer au yoyo. Si on ouvre, ça doit être une bonne fois pour toutes. C’est pour ça que j’insiste sur ce protocole de réouverture safe. Pour faire en sorte que cette réouverture ne soit pas comme un robinet de contamination mais puisse se faire en sécurité. Par contre, il est vrai qu’il y a toujours une urgence économique à permettre à ce secteur de survivre”.

La nécessité de la prolongation du moratoire sur les faillites

Alors que le fédéral a décidé d’abandonner le moratoire sur les faillites. Fabian Maingain est favorable à la prolongation de celui-ci et est prêt à se battre pour défendre l’intérêt des commerçants et des entreprises. L’abandon du moratoire met aujourd’hui une énorme pression.“Il y a là un risque important que les créanciers déclarent faillite à cause notamment des propriétaires et brasseurs qui ne jouent pas le jeu par rapport aux loyers des commerces qui sont actuellement fermés. Il y a une urgence économique qui doit être entendue et d’autant plus accrue par le risque que fait peser la levée de ce moratoire sur les faillites”.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
« Si on réduit la place de la voiture, Uber est un complément indispensable pour la mobilité »
Région bruxelloise "Si on réduit la place de la voiture, Uber est un complément indispensable pour la mobilité"
Une Belgique fédérale 2+2 = Bruxelles sous tutelle
CONSTITUTION Une Belgique fédérale 2+2 = Bruxelles sous tutelle
« Pour réussir la politique régionale de stationnement, il faut évaluer le dispositif en place et s’appuyer sur l’expertise des communes »
Région bruxelloise "Pour réussir la politique régionale de stationnement, il faut évaluer le dispositif en place et s’appuyer sur l’expertise des communes"
Les usagers faibles, une priorité pour Sophie de Vos
Auderghem Les usagers faibles, une priorité pour Sophie de Vos