ACTUALITÉS

Hainaut
DéFI demande la dépêche d’un commissaire spécial de la Région Wallonne à Brunehaut
Le mercredi 7 juillet 2021

Depuis plusieurs mois, François Schietse, conseiller communal DéFI à Brunehaut, dénonce le manque de transparence et de bonne gouvernance du groupe USB au sein duquel il siège au conseil communal. Et, il n’est pas le seul puisque sa collègue Nadya Hilali, échevine USB, dénonce également les agissements de son bourgmestre, de son collège et de la directrice générale.

Les accusations sont graves, mais justifiées : 

  • L’immixtion de la Directrice générale dans la campagne électorale d’USB, rompant l’une de ses missions principales de neutralité.
  • La pression exercée sur les candidats citoyens pour s’apparenter au PS au sein du conseil communal. 
  • L’impossibilité pour un conseiller de consulter tous les documents communaux et de faire son devoir de contrôle de l’exécutif. « Il faut faire confiance, dites-vous… », relevait notre conseiller communal, François Schietse.
  • Un soupçon de “chipotage” à tous les étages dans les actes administratifs de la commune, tolérés et défendus par un collège complaisant. 
  • La pression exercée sur le ministre des Pouvoirs locaux lors de sa récente visite à Antoing faisant l’objet d’une plainte avec preuve à l’appui.

François Schietse dénonce : « Nous avons subi des pressions, des accusations personnelles gratuites et sans fondement. On tente de discréditer les « lanceurs d’alerte » que nous sommes, de nous humilier, et cela va jusqu’à la menace de poursuites judiciaires si nous ne démissionnons pas. »

Un climat de peur à Brunehaut

Ce 18 juin, lors du conseil communal, c’est une motion de méfiance qui a été présentée à l’encontre de Nadya Hilali.

Durant la séance, Nadya Hilali, François Schietse ainsi que la cheffe de groupe de l’opposition se sont vu interdire de parole à plusieurs reprises par le bourgmestre, ce dernier menaçant de les faire sortir s’ils ne se taisaient pas. Les citoyens présents sont restés médusés face à ce manque de démocratie.

Alors que la majorité est composée de 13 élus contre 8 élus de l’opposition, la motion de défiance est finalement votée 11 voix pour et 10 voix contre.

François Schietse déplore la situation : « C’est une véritable gifle qui est donnée aux  quelque 800 électeurs brunehautois qui ont soutenu Nadya lors du dernier scrutin. Quelques-uns ont fait le déplacement, d’autres ont envoyé des messages de soutien, publiquement ou discrètement. Un certain nombre ayant peur d’afficher ce soutien publiquement. Peur « des représailles ». Parce que c’est ce climat angoissant qui est entretenu aujourd’hui dans notre commune. Vous avez deux sortes de citoyens, ceux qui louent et suivent le pouvoir en place, ceux-là, obtiendront tout ce qu’ils veulent.

Et puis il y a les autres, comme Nadya et moi-même, ceux qui questionnent, qui s’intéressent à la gestion communale, qui dénoncent ce qui ne va pas, qui se plaignent de la gestion « à la petite semaine » ou encore du clientélisme et du népotisme ambiant, ceux-là sont mis au ban de la société. Combien d’entre eux nous contactent parce qu’ils n’ont juste pas reçu de réponse à leurs demandes, à leurs doléances… »

Nadya Hilali et François Schietse ont démissionné du groupe USB suite à la motion de méfiance. Leur sortie officielle du groupe se déroulera lors du prochain conseil communal (reporté, il aura probablement lieu en septembre).

Face à un tel manque de démocratie, DéFI demande la dépêche d’un commissaire spécial de la Région Wallonne à Brunehaut afin de constater les profonds dysfonctionnements de l’administration. En effet, DéFI ne peut en effet accepter qu’une commune soit gérée de manière aussi arbitraire et en bafouant les règles fondamentales du code de la démocratie locale. Un courrier sera envoyé prochainement par les instances de DéFI et le conseiller communal François Schietse au ministre des Pouvoirs locaux.

François Schietse
Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
“J’ai joué le rôle de lanceur d’alerte”
Woluwe-Saint-Lambert “J’ai joué le rôle de lanceur d’alerte”
Sans-papiers : Trois propositions pour en sortir par le haut
Carte blanche Sans-papiers : Trois propositions pour en sortir par le haut
“Sans-papiers : Nous ne voulons plus des méthodes de Theo Francken”
Interview “Sans-papiers : Nous ne voulons plus des méthodes de Theo Francken”
“Il y a des moments où il est complexe de décider. Je me demande tout le temps si j’ai pris la bonne décision”
Schaerbeek “Il y a des moments où il est complexe de décider. Je me demande tout le temps si j’ai pris la bonne décision”