ACTUALITÉS

journée internationale du sport féminin
DéFI appelle à la création d'une plateforme du sport au féminin sur le modèle néerlandais
Le vendredi 24 janvier 2020

Ce vendredi 24 janvier, c’est la journée internationale du sport féminin. Une thématique chère à DéFI car, au-delà même des questions de genre, nous pensons que la femme est l’avenir du sport. 

Le nombre de femmes affiliées aux fédérations sportives reconnues en Fédération Wallonie-Bruxelles est passé de 150 000 en 2001 à 206 000 en 2018. Ces chiffres devraient continuer à croître grâce au travail de nos fédérations et de leurs clubs, mais aussi grâce à l’effet de levier que constitueront les prochains Jeux olympiques, ainsi que les résultats exceptionnels de certaines de championnes (Nafi Thiam, Nina Derwael, les équipes nationales de hockey, football, basket et volley). 

Malheureusement, il subsiste une série de blocages ou de freins au développement du sport au féminin. Par exemple, sur l’ensemble des fédérations et ligues du pays, seulement 18,5% de femmes (12,5% dans les fédérations nationales, 29,1% dans les ligues francophones et 11,9% dans les ligues flamandes) occupaient une place dans les différents conseils d’administration.

Lutter contre les inégalités

Pour DéFI, il est nécessaire de poursuivre la mise en avant de nos sportives, ambassadrices du sport au féminin.  A cet égard, des évolutions notables sont à pointer : les médias relatent de plus en plus les exploits de nos sportives, Panini va ouvrir son célèbre album d’autocollants aux joueuses de foot, l’Union belge de football a inauguré son nouveau maillot non pas avec les Diables rouges mais avec les Red Flames, et nos fédérations travaillent de plus en plus avec le public féminin qui constitue un réservoir de développement, à la fois sportif et financier.

Pour DéFI, il est indispensable de lutter contre les inégalités de traitement (financier et médiatique) entre les hommes et les femmes dans le monde du sport et de favoriser les solutions qui permettent de concilier vie privée, professionnelle et la pratique sportive.

Pour ce faire, nous invitons les responsables politiques du sport des Communautés et des Régions du pays à établir en collaboration avec le COIB (Comité olympique interfédéral belge), une plateforme du sport au féminin selon le modèle des Pays-Bas qui permettrait des investissements en commun en faveur du sport au féminin.  Des synergies peuvent exister entre les Régions et les Communautés pour hisser le sport au féminin au même niveau que son pendant masculin.

Le député DéFI à la FWB et chef de groupe à la Commission communautaire française (Cocof), Michaël Vossaert, plaide pour que les appels à projet au sport au féminin soient mis en commun entre la Ministre des Sports à la Fédération Wallonie-Bruxelles et son homologue à la Cocof tout comme l’élaboration du plan de féminisation au sein des fédérations sportives. 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Pouvoirs locaux Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
DéFI dénonce les économies dans l’enseignement communal athois
Wallonie picarde DéFI dénonce les économies dans l’enseignement communal athois
« DéFI a toujours été constructif dans les différentes missions royales »
Fédéral « DéFI a toujours été constructif dans les différentes missions royales »
Créons le premier centre belge de prise en charge des enfants et adolescents victimes de harcèlement !
Charleroi Créons le premier centre belge de prise en charge des enfants et adolescents victimes de harcèlement !
Emmanuel De Bock : « Planter des arbres coûte moins cher que le béton »
région bruxelloise Emmanuel De Bock : « Planter des arbres coûte moins cher que le béton »