ACTUALITÉS

Débat
L’accessibilité doit être une réalité concrète sur le terrain !
Le mardi 26 mars 2019

Ce mardi 26 mars, le CAWaB (Collectif accessibilité Wallonie-Bruxelles) invitait Marc Loewenstein, député bruxellois DéFI et candidat à la 4e place à la Région bruxelloise, au grand débat “Je vote pour l’accessibilité”. L’occasion de rappeler les priorités de DéFI en matière d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, qu’il s’agisse des infrastructures, de la communication ou des services.

Pour DéFI, tout comme le développement durable doit être décliné dans toutes les politiques, il en va de même de l’accessibilité. « Lorsque l’on sait que les personnes à mobilité réduite au sens large – personnes en chaise roulante, personnes âgées, mamans conduisant une poussette, malvoyants, malentendants, déficients intellectuels… – constituent 35% de la population,  on ne peut plus se permettre de laisser l’accessibilité au rang des slogans, elle doit être une réalité concrète sur le terrain », rappelle Marc Loewenstein.

Et si les enjeux sont énormes tant la ville a été conçue pour les personnes valides, DéFI souhaite défendre plusieurs priorités, à commencer par faire appliquer les normes et services déjà existants et non respectés. « Lorsque le règlement régional d’urbanisme prévoit une largeur de porte x, on ne peut admettre de dérogation et il est important de veiller  ce que les travaux se fassent conformément aux plans du permis d’urbanisme », poursuit Marc Loewenstein.

DéFI souhaite par ailleurs que cette accessibilité devienne un réflexe, comme la sécurité peut l’être. Il faut pour cela sensibiliser les étudiants et former le personnel concerné.

En matière de transports publics, DéFI déplore le manque criant d’accessibilité du réseau de la SNCB. A peine 4% du réseau est accessible. DéFI demande la mise sur pied rapide d’un plan pluriannuel d’accessibilité budgétisé. Il demande aussi que les plans existants ne restent pas en plan mais soient bien exécutés et périodiquement évalués.

Enfin, Marc Loewenstein demande l’adaptation rapide de la signalétique afin de permettre aux personnes déficientes intellectuelles de s’orienter plus facilement dans les transports en commun.

« Une personne en situation de handicap, c’est d’abord une personne. Le handicap, il est handicapant parce que la marche du trottoir est trop haute, parce que l’administration communale ou le magasin sont inaccessibles, parce que le quai de la gare ou le métro sont mal conçus. Et si certaines adaptations prennent du temps à être réalisées, d’autres peuvent aller plus vite, je pense par exemple à la signalétique dans les transports ou encore aux petites adaptations à faire au niveau des traversées piétonnes, en particulier dans les zones les plus fréquentées et à proximité des établissements de soins », conclut Marc Loewenstein.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
« Ramener les enfants avec leur mère, la seule solution à la fois humanitaire et sécuritaire »
Syrie "Ramener les enfants avec leur mère, la seule solution à la fois humanitaire et sécuritaire"
Pour la première fois, des écoliers de Feluy vont passer un brevet cycliste
Hainaut Pour la première fois, des écoliers de Feluy vont passer un brevet cycliste
Bernard Clerfayt renouvelle l’accord de collaboration entre Actiris et Delhaize
Région bruxelloise Bernard Clerfayt renouvelle l'accord de collaboration entre Actiris et Delhaize
Gisèle Mandaila : « Nous menons une opposition constructive pour le bien de tous les Etterbeekois et de toutes les Etterbeekoises »
Communales, 1 an après : Etterbeek Gisèle Mandaila : "Nous menons une opposition constructive pour le bien de tous les Etterbeekois et de toutes les Etterbeekoises"