ACTUALITÉS

élections 2019
Culture et santé: DéFI plaide pour une solidarité entre les provinces de Namur et de Luxembourg
Le jeudi 2 mai 2019

Jonathan Martin, président de DéFI Luxembourg et échevin à Libramont-Chevigny, et Patrick Pynnaert, groupe DéFI au Conseil provincial de Namur, ont déposé vendredi 26 avril, deux points complémentaires à l’ordre du jour du Conseil provincial namurois. Des points concernant des associations luxembourgeoises qui ont ou avaient des liens avec la province de Namur : Santé Ardenne et la Royale Académie Internationale d’été de Wallonie (AKDT). La première lutte contre la pénurie médicale en milieu rural. La seconde, quant à elle, propose des stages artistiques durant l’été.

« Bien que les stages de l’AKDT soient essentiellement organisés à Libramont et Neufchâteau, les stagiaires viennent de partout. C’est ainsi que plus de 8 % des stagiaires belges sont originaires de la province de Namur. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que tous les Provinces wallonnes étaient parties prenantes à l’origine du projet », explique l’échevin libramontois de la Culture. « Pourtant, Namur s’est retirée de l’AKDT en 2007. Et cela alors que le Brabant wallon, dont les chiffres de fréquentation avoisinent ceux de la province de Namur, contribue toujours à hauteur de 3000 € / an », regrette Jonathan Martin.

Interpellée par le conseiller Pynnaert, la députée Lazaron n’a pas manqué de rappeler que la Province de Namur organise ses propres stages d’été sur son territoire. Ceci étant, l’élue cdH dit ne pas fermer la porte et précise qu’aucune demande de l’AKDT pour réintégrer la Fondation ne lui est, à ce jour, parvenue. Un message reçu 5 sur 5 par Patrick Pynnaert !

« Ce lundi, répondant à l’invitation de Jonathan Martin, j’ai rendu visite aux deux associations dont j’avais défendu la cause avant le week-end. A l’AKDT, j’ai relayé l’ouverture de la Province de Namur et invité son responsable à reprendre contact avec les services de Madame Lazaron. Au-là d’un éventuel soutien financier, j’ai bien senti que l’AKDT recherchait surtout un soutien moral  pour appuyer ses démarches auprès des pouvoirs subsidiants afin de garantir la pérennité de ses activités. Cela ne devrait, à mon sens, pas poser problème », explique l’élu namurois.  

S’agissant de l’ASBL Santé Ardenne, rappelons d’abord qu’elle est, tout comme l’ASBL des Postes médicaux de garde Luxembourg-Dinant, le résultat d’une collaboration interprovinciale entre 3 associations de médecins généralistes luxembourgeois et l’Union des Omnipraticiens de l’Arrondissement de Dinant (UOAD). Sa mission ? Renforcer l’attractivité de la médecine générale dans les zones rurales.  

« Malheureusement, alors qu’elle couvre aussi le Sud-Namurois, la plateforme n’est financée que par la Province de Luxembourg. Une intervention qui se chiffre à 40 000 € / an et qui permet notamment un accompagnement dans la mise en place de pratiques de groupe et la recherche de solutions aux problèmes de mobilité et de logement rencontrés par les étudiant et les assistants », explique Jonathan Martin.

Se faisant le porte-parole de l’Ardenne namuroise, Patrick Pynnaert a donc, de nouveau, interpellé Geneviève Lazaron en séance du Conseil provincial. A l’issue de l’échange, il est ressorti qu’un important travail de pédagogie devait encore être mené par DéFI pour convaincre ses partenaires de majorité de la plus-value d’une collaboration Luxembourg-Namur dans ce domaine. Pas de quoi décourager le conseiller DéFI, convaincu de la chose.

 « Soyons clairs, en matière de soins de santé, la réalité vécue par un habitant de Vresse ou de Bièvre est davantage comparable à celle vécue par les Luxembourgeois que par les habitants de la capitale wallonne. L’expertise de l’ASBL Santé Ardenne est précieuse et doit pouvoir profiter au plus grand nombre », insiste Patrick Pynnaert.

Pour les deux élus, il convient donc de « mutualiser les moyens et coordonner les efforts au sein de cette ruralité partagée pour gagner en efficacité ».

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Pouvoirs locaux Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
DéFI souhaite l’ouverture au public de la piste d’athlétisme du stade Bertelson
Forest DéFI souhaite l’ouverture au public de la piste d'athlétisme du stade Bertelson
« Actiris doit travailler avec les entreprises et aider les demandeurs d’emploi à se former pour répondre à leurs offres d’emploi »
Région bruxelloise "Actiris doit travailler avec les entreprises et aider les demandeurs d’emploi à se former pour répondre à leurs offres d’emploi"
Exposition aux écrans : 1.000 heures/an pour un élève de maternelle, c’est donc davantage que le volume horaire scolaire !
Consommation du numérique Exposition aux écrans : 1.000 heures/an pour un élève de maternelle, c'est donc davantage que le volume horaire scolaire !
DéFI demande au gouvernement de rejoindre l’accord de Malte répartissant les migrants sauvés en Méditerranée
migration DéFI demande au gouvernement de rejoindre l'accord de Malte répartissant les migrants sauvés en Méditerranée