ACTUALITÉS

Crise gouvernementale
"Reprenons le cours sérieux des institutions, tournons définitivement la page de la NVA"
Le mercredi 19 décembre 2018

Olivier Maingain, président de DéFI, revient sur la démission de Charles Michel, Premier ministre, dans Matin Première sur La Première face à Georges Gilkinet (Ecolo).

« C’était inscrit »

Pour Olivier Maingain, il fallait se douter du déroulement de cette crise : « amener un parti comme la N-VA, dont il ne faut jamais oublier quels sont les objectifs définitifs, c’est-à-dire préparer d’une manière ou d’une autre une forme de séparation, le confédéralisme étant la première étape, oui, pour un parti comme celui-là mettre à mal le fonctionnement des institutions belges, c’était inscrit. » Le président de DéFI rappelle une expression qu’il avait déjà formulé au tout début de la majorité gouvernementale : « vous allez subir le supplice chinois, le goutte-à-goutte qui fait qu’à un moment donné l’usure fait que la douleur devient insupportable et que vous devez céder, c’est ce qui s’est passé. »

« Je ne suis pas adepte de la politique du pire »

En outre, le président de DéFI ajoute : « je ne suis pas adepte de la politique du pire, voilà pourquoi personnellement je trouvais que le dépôt d’une motion de méfiance n’avait pas de raison d’être dès lors que le Premier ministre annonçait qu’il retirait son projet de budget 2019, comme je le lui ai demandé. » En effet, le budget 2019 qu’Olivier Maingain qualifie d’antisocial, contenait beaucoup de menaces pour le pouvoir d’achat des citoyens ayant les revenus les plus faibles ou moyens. « Il fallait se montrer plus subtiles, je crois que maintenant nous allons entrer dans une phase où je propose que chacun reprenne un peu de sa sérénité« , poursuit Olivier Maingain.

Un coup de la N-VA pour tenter de capitaliser électoralement 

Le président de DéFI répond à ceux qui disent « il faut aller voter, c’est la logique démocratique« , qu’en effet, la logique démocratique est de voter « mais qui va croire un seul instant que si nous votons, par exemple, le 10 février des élections législatives fédérales, qu’il va y avoir la constitution d’un gouvernement fédéral, d’une majorité, d’ici le 26 mai, alors que tous les partis sauront qu’ils vont être jugés par un deuxième tour d’élections ?« 

« Il est évident que la N-VA a fait un coup pour tenter de capitaliser électoralement ! On le sait tous et on va lui permettre de faire ça ? Qui voudraient cela ? Alors je dis une fois de plus, sérénité, reprenons le cours sérieux des institutions, tournons définitivement la page de la N-VA, isolons ce parti, c’est la seule manière de ramener une politique sérieuse à la tête de ce pays !« , ajoute Olivier Maingain.

Consultations royales

La décision de suspendre la démission de gouvernement permet de calmer le jeu « et c’est en ça que la fonction royale est nécessaire surtout dans ces périodes de crise, on le sait« , déclare le président de DéFI. « Le Premier ministre a un peu snobé le Palais royal pendant tout un temps, notamment le premier week-end, quand la N-VA a quitté le gouvernement. Il aurait été intelligent, déjà à ce moment-là, de calmer le jeu« , conclut Olivier Maingain.

(Ré)écouter l’interview ici

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Didier Gosuin plaide pour une semaine de quatre jours avec formation pour les travailleurs peu qualifiés
région bruxelloise Didier Gosuin plaide pour une semaine de quatre jours avec formation pour les travailleurs peu qualifiés
Fabian Maingain : « Les retombées du Tour de France sont déjà positives »
ville de bruxelles Fabian Maingain : « Les retombées du Tour de France sont déjà positives »
DéFI veut rendre les toitures végétales obligatoires à Charleroi
wallonie DéFI veut rendre les toitures végétales obligatoires à Charleroi
FWB : DéFI répond favorablement à l’invitation à négocier sur la base des “Lignes directrices” du PS et d’Ecolo
FWB DéFI répond favorablement à l'invitation à négocier sur la base des “Lignes directrices” du PS et d’Ecolo