ACTUALITÉS

Fédéral
Crise covid-19 : Il va falloir un langage plus clair à l'égard de la population
Le jeudi 14 janvier 2021

Ce jeudi 14 janvier, François De Smet, président de DéFI et député fédéral, a interpellé le Premier ministre Alexander De Croo en séance plénière de La Chambre. Sa question d’actualité portait sur la gestion de la crise sanitaire.

« Nous sommes aujourd’hui dans une situation paradoxale. Paradoxale et donc dangereuse. Les chiffres restent relativement bons. Oui, nous sommes passés de pire élève de la classe européenne à élève plutôt bon. Et il faut pouvoir le dire et remercier les efforts inouïs accomplis par les citoyens. », déclare François De Smet.

Nous sommes dans un carrefour d’incertitudes

« Toutefois, partout où nous regardons autour de nous, le feu menace. La Grande-Bretagne et l’Irlande sont dans une situation critique. Les fameux variants sont signalés de plus ou plus souvent, même chez des personnes n’ayant pas voyagé, en ce compris en Belgique. »

« Nous sommes donc dans un carrefour d’incertitudes car, au moment où nous parlons, nous pourrions tout autant être devant une perspective d’assouplissement des mesures que face à une vraie troisième vague. Les deux sont possibles et c’est tout le problème. »

La communication n’est pas claire

« Ce que je sais par contre, ce que je retiens de la gestion de la crise par la Belgique depuis un an, c’est que nous avons une capacité rare à nous penser être une île isolée. Certains pensaient que le virus ne nous atteindrait pas, au retour des vacances de Carnaval fin février de l’année dernière, alors qu’il faisait déjà des ravages en Italie. D’autres, en octobre, ont sous-estimé la possibilité d’une deuxième vague. Or, à chaque fois, non seulement la réalité a fini par nous rattraper, mais elle l’a fait plus durement que dans d’autres pays. »

« A cet égard votre communication actuelle n’est pas claire. Nous marchons sur la glace; d’accord, mais ce n’est pas une raison pour ne pas indiquer une direction. »

Sommes-nous prêts ? 

« Certes, nous sommes prêts à rouvrir les coiffeurs, les métiers de contact, ça on l’a compris. Le MR le rappelle tous les jours, quitte à jouer avec de faux espoirs comme avec des allumettes. Comme si les autres partis ne voulaient pas, eux aussi, évidemment, offrir à nouveau à tous un retour à la vie normale. »

  • Mais sommes-nous prêts pour le pire ? Nous qui ne l’avons jamais été jusqu’ici ?
  • Sommes-nous prêts à interdire les voyages non essentiels plutôt que de les déconseiller?
  • Sommes-nous prêts à traquer les variants les plus dangereux avec encore plus de vigilance ?
  • Aura-t-on le courage de donner un message clair, univoque et de faire taire les voix divergentes au sein du gouvernement fédéral ?

Il va falloir un langage plus clair à l’égard de la population

Le Premier ministre s’enthousiasme du travail fait aux quatre coins du pays pour préparer le terrain à la vaccination. De plus, les mesures en vigueur seront d’application jusqu’aux vacances de carnaval. Il est impossible pour lui de donner plus de perspectives, car la suite des événements est imprévisible. Les règles d’hygiène restent valables pour les nouvelles variantes de virus.

« En Grande-Bretagne aussi ils ont le vaccin, depuis bien plus longtemps que nous et ils sont tout de même dans une situation critique. Et donc nous partons dans cette course contre la montre avec un certain retard. Je suis inquiet quand vous nous dites que s’agissant des voyages à l’étranger, le « vivement déconseillé » est suffisamment clair. Je n’en suis pas si sûr. Il était déjà en vigueur pendant les vacances de Noël. Ça a donné des dizaines de milliers de personnes qui se sont tout de même senties libres de partir. Ça a donné les scènes de foule que nous avons vu lors des contrôles de retour dans les aéroports et dans les gares. »

« Je crains que si la situation malheureusement s’aggrave et si pour être clair des hausses d’hospitalisations arrivent, il va falloir un langage plus clair qu’un vivement déconseillé. », conclut François De Smet.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
« La priorité est la sortie de crise. Pour l’instant, la réforme des titres-services est postposée »
Région bruxelloise "La priorité est la sortie de crise. Pour l’instant, la réforme des titres-services est postposée"
Brupass, un ticket unique train-métro-tram-bus pour Bruxelles et sa périphérie
Région bruxelloise Brupass, un ticket unique train-métro-tram-bus pour Bruxelles et sa périphérie
Pénurie de médecins : Les partis francophones de la Vivaldi renient leurs promesses
INAMI Pénurie de médecins : Les partis francophones de la Vivaldi renient leurs promesses
« Il faut sécuriser la Promenade verte pour une cohabitation harmonieuse des usagers »
région bruxelloise "Il faut sécuriser la Promenade verte pour une cohabitation harmonieuse des usagers"