ACTUALITÉS

Fédération Wallonie-Bruxelles
Créera-t-on demain des “crétins digitaux” si l’enseignement passe trop tôt par une formation numérique ?
Joelle Maison
Le jeudi 30 janvier 2020

Lors de la séance plénière de la Fédération Wallonie-Bruxelles ce mercredi 29 janvier, Joëlle Maison a interpellé la ministre de l’éducation sur les possibles dangers de l’utilisation du numérique à l’école. Et ce, en citant comme principale source le livre de Michel Desmurget “La fabrique du crétin digital”.

Formation au numérique par le numérique ?

En 2018, un document conçu par l’Administration générale de l’enseignement, intitulé: « la Stratégie numérique pour l’éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles » était proposé aux députés de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Y est développée une approche misant sur l’acculturation des élèves au monde numérique autour de l’éducation « par » le numérique et « au numérique ». Comme bon nombre de ses collègues, Joëlle Maison « débordait d’enthousiasme face aux promesses que le numérique nous laissait entrevoir. En termes de manière d’apprendre, d’attractivité, de simplification, de possibilités de partage et de collaboration… »

Et pourtant, pour notre députée « cela fait quelques temps que ce bel enthousiasme se voit tempéré au fil de lectures et d’études traitant de la question. En effet, si les ressources numériques peuvent incontestablement aider à une approche différenciée, le rapport sollicité par l’OCDE se révèle accablant. »

Une éducation qui passe par des « crétins numérique » ? 

Certaines études récentes démontrent que les écrans ont, à domicile, une incidence délétère sur la santé des enfants. Ils empiètent sur le temps de sommeil, nuisent à la concentration et diminuent leur capacité à l’empathie. Ils favorisent la sédentarité et donc l’obésité, et suscitent une réelle addiction. Chez les plus jeunes, on observe que les écrans récréatifs appauvrissent le développement linguistique et l’ensemble du déploiement intellectuel. Pour Joëlle Maison, « il est clair que l’usage du numérique durant le temps scolaire viendrait aggraver les conséquences délétères observées sur la santé, la concentration et les facultés cognitives des élèves. L’apprentissage du code en primaire se ferait au détriment de celui de la langue dont on sait à quel point elle détermine la vie de l’enfant. La mémorisation des connaissances et l’appropriation des compétences et savoirs seraient étroitement liées à la prise de notes à la main grâce à la re-formulation que celle-ci implique. Je redoute que l’apprentissage du codage passe demain avant la bonne maîtrise de la langue. La formation de demain passera-t-elle par une école de « crétins numériques » dépourvus d’esprit critique ou d’empathie notamment. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Watermael-Boitsfort : DéFI dénonce le passage en force du bus 42
Région bruxelloise Watermael-Boitsfort : DéFI dénonce le passage en force du bus 42
Qui pour garder l’animal d’une personne hospitalisée ?
Coronavirus Qui pour garder l’animal d’une personne hospitalisée ?
DéFI souhaite des mesures claires et cohérentes pour les bibliothèques
coronavirus DéFI souhaite des mesures claires et cohérentes pour les bibliothèques
La date de validité des titres-services bruxellois prolongée de 3 mois
Coronavirus La date de validité des titres-services bruxellois prolongée de 3 mois