Enseignement supérieur
Création d’un « Institut d’études sur l’Islam »
Le mardi 9 mai 2017

En 2013, sous la précédente législature, vous aviez fait part de votre volonté de créer une institution d’études sur l’Islam. Un premier rapport commandé par l’ULg se penchait sur la possibilité de créer un tel institut. En 2015, une Commission « Islam de Belgique », chargée de réfléchir à la formation des cadres musulmans de Belgique, est mise en place. Composée à la fois d’académiques des différentes universités et de membres de l’Exécutif des musulmans de Belgique, la Commission remet son rapport un an plus tard.

Dans ses conclusions, elle recommandait, entre autres, la création d’un « Institut de promotion des formations sur l’islam ». Celui-ci aurait pour but de faire émerger un «islam de Belgique», européen et moderne, des « Lumières ». Financé à hauteur de 400.000 euros par an, cet institut doit d’abord recenser et octroyer des financements aux formations déjà existantes sur l’islam. Il devrait ensuite dispenser de potentielles futures formations théologiques adressées aux imams, une question particulièrement sensible.

Selon Le Soir, l’Exécutif des musulmans bloque la création de l’institut sur l’islam. C’est la formation des imams qui crispe les positions. L’Exécutif des musulmans de Belgique et l’ARES devaient en effet soumettre au cabinet Marcourt le nom des personnes qui composeront le Comité de direction de l’institut sur l’islam. L’Exécutif se refuse à le faire. C’est que, sur une dizaine de membres, l’Exécutif n’en comptera que trois, académiques et politiques y étant majoritaires. L’Exécutif s’interroge également sur les modalités de désignation du directeur de l’Institut.

L’EMB exige donc des garanties et des clarifications avant de poursuivre le projet et de présenter des candidats.

 

Voici mes questions :

  • Quelles sont selon vous les raisons profondes qui pousse l’exécutif des Musulmans de Belgique à tergiverser ?
  • Avez-vous eu connaissance d’éventuelles pressions d’imams, de responsables de mosquées ou encore de la Dyanet (les affaires religieuses turques) qui envoient des imams en Belgique ?
  • La presse évoque un entretien entre votre cabinet et l’Exécutif des Musulmans de Belgique. Pouvez-vous nous en dire plus ? Des clarifications et des garanties ont-elles été apportées ? Une solution se dessine-t-elle ?
  • La question de la formation des imans est une question sensible. En effet, jusqu’à présent, les universités ne proposent que des formations portant sur la sociologie, l’histoire de l’islam mais aucun cursus proprement théologique sur l’islam. Si l’on veut que les imams soient formés en Belgique, cette formation est indispensable. Mais quid du principe de neutralité ? l’Institut peut-il l’organiser directement ? Comment éviter une différence de traitement entre les cultes ?

 

Découvrez :

Le compte rendu des débats

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
FWB : DéFI répond favorablement à l’invitation à négocier sur la base des “Lignes directrices” du PS et d’Ecolo
FWB DéFI répond favorablement à l'invitation à négocier sur la base des “Lignes directrices” du PS et d’Ecolo
De bourgmestre à député : comment garder le lien avec les citoyens ?
Région bruxelloise De bourgmestre à député : Comment garder le lien avec les citoyens ?
Enseignement : DéFI plaide pour ajouter la maîtrise de la langue française au coeur des missions prioritaires de l’enseignement !
Enseignement DéFI plaide pour ajouter la maîtrise de la langue française au coeur des missions prioritaires de l’enseignement !
DéFI en faveur de l’élargissement du cours d’éducation à la citoyenneté à 2h par semaine
élections 2019 DéFI en faveur de l'élargissement du cours d'éducation à la citoyenneté à 2h par semaine