ACTUALITÉS

Prison de Saint-Gilles
"Les agents sont épuisés par leurs conditions de travail et le Ministre de la Justice n'annonce rien de concret pour y pallier"
Le mercredi 9 octobre 2019

Ce mardi 8 octobre en séance plénière à la Chambre, Sophie Rohonyi interpellait le Ministre de la Justice sur la dégradation de la situation à la prison de Saint-Gilles. En effet, les conditions de détention à la prison de Saint-Gilles sont dénoncées depuis des années par la Cour européenne des Droits de l’Homme.

« Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage »

Ce n’est pas la première fois que la députée fédérale DéFI demande des explications sur les conditions déplorables en application à Saint-Gilles : « Il y a deux semaines, je vous interpellais sur la décision de la direction de la prison d’y restreindre l’accès des services externes, et ce pour pallier le problème endémique de manque de personnel. Concrètement, les détenus sont privés de suivi psychologique et social, de formation, d’assistance morale ou religieuse. Les visites des proches et les sorties aux préaux sont limités. Vous m’avez alors assuré que le cadre du personnel serait rempli à 100% début octobre. Or, l’Observatoire international des Prisons (OIP) signalait encore hier que cette solution ne règle pas le problème de l’absentéisme des agents. »

Des agents épuisés par leurs conditions de travail

Sophie Rohonyi dénonce également la situation dans laquelle se trouve les agents en fonction à Saint-Gilles : « Il y a 2 semaines, 82 agents étaient en congé maladie, épuisés par leurs conditions de travail et la promiscuité. Les autres agents n’osent pas faire grève, parce qu’ils ont besoin de leur salaire pour nourrir leur famille. D’autres enfin ne prennent pas leurs congés, parce que sans cesse appelés à la rescousse. Vous disiez, Monsieur le Ministre, faire confiance à votre administration pour stabiliser la situation à court terme et maintenir un encadrement suffisamment en personnel. Aujourd’hui, nous apprenons que le régime de détention vient d’être encore plus réduit, et ce jusqu’au 15 octobre. L’OIP dénonce la passivité de L’État mais aussi l’action de votre administration qui “instaure un régime de détention contrevenant aux droits les plus fondamentaux. »

« Des mesurettes » comme solution

Face à cette situation explosive, Sophie Rohonyi met en exergue les « mesurettes » annoncées par le Ministre de la Justice : « vos recrutements ne changeront rien à la situation. Sans compter que l’essentiel des recrutements concernent des stagiaires, ou des contrats Rosetta qui n’offrent aucune garantie, ni en terme de stabilité des équipes, ni en terme d’adéquation aux exigences du métier d’agents pénitentiaires. Ce qu’il faut, c’est réduire la population carcérale.

La prison de Haren n’est pas une solution non plus puisqu’on le sait, dès la fin de sa construction en 2022, elle se trouvera également dans une situation de surpopulation !

Je vous appelle donc à revoir votre copie. Les affaires courantes vous donnent compétence non seulement pour respecter la loi et pour exécuter des décisions de justice, mais aussi pour gérer les situations de crise, comme celle que nous connaissons aujourd’hui à Saint-Gilles. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
10 ans du Centre Malou : « Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent »
Woluwe-Saint-Lambert 10 ans du Centre Malou : "Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent"
Alain Kestemont : « Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone »
Communales, un an après : Anderlecht Alain Kestemont : "Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone"
Patrick Pynnaert : « On ne respecte pas la mémoire »
Fort de Cognelée Patrick Pynnaert : "On ne respecte pas la mémoire"
Le Conseil Général a officiellement arrêté un calendrier
Présidence de DéFI Le Conseil Général a officiellement arrêté un calendrier