ACTUALITÉS

Communes à facilités
Crainhem soutient les habitants francophones de Renaix et se positionne contre les visites domiciliaires !
Le jeudi 1 mars 2018

A l’initiative de DéFI, ce mardi 27 février, le conseil communal a adopté deux motions importantes.

 

⇒ La première concerne les propositions de loi déposées par des députés flamingants suite à une motion adoptée au conseil communal de Renaix pour demander la fin du régime des facilités linguistiques dont bénéficient les habitants francophones de cette commune. DéFI, cdH, MR et les indépendants l’ont soutenue, Kraainem-Unie s’est abstenu, et l’opposition flamande s’y est opposée.

 

Comme l’explique Véronique Caprasse, députée fédérale et échevine DéFI à Crainhem, “il est important que les communes à facilités de la périphérie bruxelloise montrent leur solidarité avec les habitants de Renaix, pour le principe, mais aussi parce que c’est l’ensemble des communes à facilités qui sont menacées aujourd’hui. J’invite donc les autres communes à facilités à adopter cette motion.

 

Cette motion demande au parlement fédéral de s’opposer à toute révision de la liste des communes à régime linguistique spécial dans la loi du 30 juillet 1963 concernant le régime linguistique dans l’enseignement et dans les lois du 18 juillet 1966 sur l’emploi des langues en matière administrative. Elle demande également au Collège des bourgmestre et échevins de s’engager à ne pas suivre l’exemple de Renaix en veillant au respect du régime des facilités linguistiques dont il est le garant, en particulier depuis l’arrêt du Conseil d’Etat du 20 juin 2014.

 

⇒ La deuxième motion concerne le projet de loi relatif aux visites domiciliaires. DéFI, cdH et Kraainem-unie ont voté pour la motion, le MR s’est abstenu, et l’opposition flamande s’y est opposé.

 

Véronique Caprasse le rappelle : « près de 500 familles accueillent des migrants dans la zone Crainhem/Wezembeek-Oppem/Woluwe-Saint-lambert. Ce projet les inquiète. Nous nous devions de réagir et de leur faire savoir que nous partageons l’avis unanime des associations, des juges d’instruction et des barreaux entendus en commission de l’Intérieur de la Chambre ce 30 janvier – sur sollicitation du député fédéral DéFI Olivier Maingain – selon lequel ce projet est liberticide et source d’insécurité juridique pour nos concitoyens.« 

Crainhem est ainsi la deuxième commune de Flandre, après Drogenbos, à avoir demandé au gouvernement de revoir sa position dans ce dossier.

 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Olivier Maingain : « DéFI est disponible pour assurer la stabilité des institutions »
Grand entretien Olivier Maingain : "DéFI est disponible pour assurer la stabilité des institutions"
Amaury Alexandre & Patrick Pynnaert s’engagent pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
Namur Amaury Alexandre & Patrick Pynnaert s'engagent pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes
Pour DéFI, il est inacceptable que le survol de Bruxelles soit bien plus intense que ne l’affirme la Flandre
Région bruxelloise Pour DéFI, il est inacceptable que le survol de Bruxelles soit bien plus intense que ne l'affirme la Flandre
« Ramener les enfants avec leur mère, la seule solution à la fois humanitaire et sécuritaire »
Syrie "Ramener les enfants avec leur mère, la seule solution à la fois humanitaire et sécuritaire"