ACTUALITÉS

Climat
DéFI propose un "traité de Rome" du renouvelable : utilisons la transition écologique pour plus d’indépendance énergétique européenne !
Le lundi 1 avril 2019

Sur le plan intérieur belge, DéFI est au diapason des mesures permettant d’atteindre les objectifs environnementaux des Accords de Paris : isolation des bâtiments publics (logements sociaux, écoles, hôpitaux, prisons…) et privés, taxation du kérosène et du fuel maritime à l’échelle européenne, fin progressive des voitures-salaires, etc. Alors que la Belgique s’est récemment fait remarquer par son manque d’ambition sur le climat au niveau européen, DéFI entend faire de notre pays la cheville ouvrière de ce futur marché européen de l’énergie renouvelable.

DéFI estime que, s’agissant des énergies renouvelables, la Belgique peut et doit faire la différence sur les plans européen et global. En marge de ses propres ressources naturelles, qui sont par définition limitées, l’atout de la Belgique réside dans son réseau diplomatique, son rôle de pionnier européen et sa position géographique centrale.

Pour rappel, le taux du renouvelable dans la consommation énergétique belge est de 9,1%. L’Europe, de manière générale, est très dépendante de l’extérieur (à plus de 50%) sur le plan énergétique. La transition écologique constitue dès lors une opportunité forte de réduire, voire de supprimer cette dépendance, qui repose essentiellement sur des énergies fossiles.

Comment ? En partageant et en mettant en réseau nos énergies renouvelables.

L’Union européenne, et l’Europe au sens large, s’étend de la Sicile au cercle polaire, et du Groenland aux îles grecques. Nos pays ont des topographies et des sources d’énergie variées, à différents moments de la journée et de l’année. Plus on souhaite augmenter la part de renouvelable dans la consommation énergétique, plus il convient de régler les problèmes d’intermittence et de faire coïncider dans le temps l’offre et la demande d’énergie. Or, les nouvelles technologies en développement, telles les lignes haute tension en courant continu, permettent de transporter l’électricité sur des grandes distances (avec seulement 3% de perte sur 1.000 km).  Cela permet d’envisager des partenariats d’un type nouveau.

DéFI appelle ainsi à la création d’un marché commun de l’énergie et du climat, sous la forme d’un nouveau “traité de Rome” qui tirerait parti de nos différences climatiques sur le plan géographique : l’Italie et l’Espagne produiraient de l’énergie solaire, envoyant de l’électricité dans un réseau européen unifié, les pays d’Europe du Nord pourraient apporter les énergies éolienne et hydraulique propres à leur topographie. Les différents pays d’Europe mutualiseraient ainsi une partie de leur production en profitant de leurs atouts respectifs.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
DéFI envoie 10 députés au Parlement bruxellois
DéFI envoie 10 députés au Parlement bruxellois
François De Smet et Sophie Rohonyi seront les députés fédéraux de DéFI
François De Smet et Sophie Rohonyi seront les députés fédéraux de DéFI
Suivez les résultats en Wallonie, à Bruxelles et dans sa périphérie !
Résultats Suivez les résultats en Wallonie, à Bruxelles et dans sa périphérie !
Pour Olivier Maingain, voter DéFI est voter pour une société clairement plus juste, apaisée et rassembleuse
élections 2019 Pour Olivier Maingain, voter DéFI est voter pour une société clairement plus juste, apaisée et rassembleuse