ACTUALITÉS

Covid de longue durée
“C’est un parcours du combattant pour se faire reconnaître par les autorités publiques”
Le jeudi 15 octobre 2020

Selon les derniers chiffres, 10.000 Belges ont été contaminés par le Covid-19 avec des symptômes de longue durée. Si tous ces symptômes persistants varient d’un patient à un autre, tous se demandent quand cela se terminera. C’est le cas d’Anne-Sophie Spiette, de Stoumont, qui n’est toujours pas débarrassée des effets de la maladie six mois après avoir contracté le virus nous explique La Dernière Heure. Anne-Sophie raconte : « Au bout d’un mois et demi, alors que je pensais être guérie, des symptômes ont resurgi et ils continuent à gâcher ma vie. Il y a quelques jours où je vais mieux puis ça rechute. Cela fait à peine 10 jours que j’arrive à parler correctement, j’ai parfois encore des brûlures aux poumons, comme des coups de poignard. Six mois après, je garde toujours des taches sur un de mes poumons lors des scanners, je souffre aussi de troubles digestifs et de fatigue extrême. »

Demande de reconnaissance de l’Inami

Malheureusement, les patients frappés par un Covid-19 de longue durée ne sont toujours pas reconnus par l’Inami. C’est un combat que porte, au niveau fédéral, notre députée Sophie Rohonyi : « Près de 10. 000 personnes sont concernées chez nous et ces patients sont ignorés. Les médecins sont démunis et ne savent pas comment les prendre en charge ni où les envoyer, de plus, les frais médicaux s’accumulent et les patients restent sans réponse. Il faut un programme d’accompagnement personnalisé, tant psychologique que financier. De plus, il est difficile de faire comprendre à son employeur qu’on ne peut pas travailler sans certificat médical. Les médecins ne sont pas non plus informés sur la procédure à suivre. Cette non-réponse est un manque de respect pour tous les patients. S’il n’y a pas de reconnaissance en amont, les examens ne seront pas remboursés. C’est une situation qui va alors renforcer les inégalités entre les patients et c’est inacceptable. On leur inflige une double peine. Ils doivent souffrir des effets du Covid des mois après, ainsi que des démarches administratives qui deviennent très lourdes. Les symptômes doivent être reconnus par l’Inami. C’est aujourd’hui un parcours du combattant pour se faire reconnaître par les autorités publiques. »

10% des cas sont des patients de longue durée

Notre députée Sophie Rohonyi continue de se battre pour les 10 % des cas de contaminations qui se « transforme » en patients “de longue durée” c’est-à-dire près de 11.000 personnes en souffrance. En ce début octobre, elle interrogeait le nouveau ministre de la santé à ce sujet : « Si les patients hospitalisés peuvent souvent compter sur un accompagnement spécifique mis en place par les hôpitaux, qu’en est-il des autres ? Leurs symptômes sont variés :  incapacité pulmonaire réduite avec essoufflement,  cicatrice dans le tissu pulmonaire, douleurs thoraciques, intense fatigue, problèmes cardiovasculaires, sensation d’étouffer qui peut perturber l’alimentation, perte de goût, impossibilité de reprendre ses activités sportives, son travail, etc… 
Certains expliquent que leurs relations sociales et professionnelles sont perturbées par le doute : pour le commun des mortels ces patients sont guéris : dès lors pourquoi ne reprennent-ils pas leurs activités ? Cette absence de reconnaissance peut s’avérer très difficile à supporter. Cela fait maintenant un mois et demi que je tente de savoir comment le gouvernement entend soutenir ces patients et je n’ai aucune réponse ! C’est inacceptable. Il est temps de leur accorder la reconnaissance qu’ils méritent, comme le demande l’OMS et comme la France s’apprête à le faire. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
“Il faut que l’on repense la mécanique de la prise de décision”
Covid-19 “Il faut que l’on repense la mécanique de la prise de décision”
“Pour DéFI, le système idéal reste une taxation kilométrique intelligente concertée entre les 3 régions. À défaut, il privilégie un péage zonal”
Région bruxelloise “Pour DéFI, le système idéal reste une taxation kilométrique intelligente concertée entre les 3 régions. À défaut, il privilégie un péage zonal”
« Le contrôle démocratique en sort renforcé ! »
Conseil communal virtuel « Le contrôle démocratique en sort renforcé ! »
“Il est inconcevable que le choix libre d’aller vivre en maison de repos soit l’objet d’une discrimination en cas d’épidémie”
Parlement bruxellois “Il est inconcevable que le choix libre d’aller vivre en maison de repos soit l’objet d’une discrimination en cas d’épidémie”