Relations internationales
Centre Wallonie-Bruxelles de Paris et principes de bonne gouvernance
Le lundi 12 novembre 2018

Je voulais aborder avec vous la question du renouvellement de la direction du Centre Wallonie-Bruxelles de Paris, où les principes de bonne gouvernance semblent oubliés…

L’ancienne directrice est partie à la retraite début juin. Elle avait été recrutée suite à un appel large et un jury de recrutement. Bien que le terme de son mandat fût connu de longue date, votre gouvernement a laissé trainer les choses. Certains bruits de couloirs soufflent que le nouveau directeur pourrait être un membre de votre cabinet…Je vous avais d’ailleurs déjà interpellé sur le sujet il y a quelques mois.

Fin du printemps de cette année et suite aux pressions extérieurs, l’administration de WBI a pour finir organisé un appel un appel à candidatures et organisé un jury. Trois noms ont été retenus et transmis en juillet au gouvernement.

On apprend aujourd’hui que le gouvernement s’apprête à confier la direction du CWB à deux personnes depuis Bruxelles: un membre de votre cabinet pour le volet culturel et le responsable des délégations à WBI pour les questions administratives. L’info est recoupée de différentes sources, mais aucune décision formelle ne semble avoir été prise.

Pour DéFI, il est absurde de faire piloter le Centre depuis Bruxelles, car la direction doit être en permanence branchée sur la vie culturelle parisienne et française ; mais en plus, quel camouflet pour la Délégation générale (qui certes ne compte plus que deux diplomates), qui découvre a posteriori ce montage improbable.

Cela pose également une autre question : on confie à un membre de cabinet, qui normalement doit assurer une fonction de conseil politique à son ministre, une mission administrative ; il semble y avoir une dérogation manifeste à la séparation fonctionnelle entre cabinet et administration.

Bref, ce montage semble prouver qu’on a court-circuité les procédures normales pour placer un membre de cabinet en dehors des procédures légales.

Voici mes questions :

– Quels sont les principes défendus par ce gouvernement en matière de nominations à des postes d’instances liés à la Fédération Wallonie-Bruxelles ? Etes-vous favorable aux principes de bonne gouvernance dans ce domaine, à savoir un appel large et un jury de recrutement ?

– Pouvez-vous revenir sur le renouvellement de la direction du centre Wallonie-Bruxelles ? Confirmez-vous mes propos étayés ? Pourquoi ne pas avoir anticipé le remplacement de l’ancienne directrice partie à la retraite ? Que pensez-vous de ce cas pratique au regard des principes de bonne gouvernance évoqués il y a un instant ? Si la nomination d’un membre du cabinet pour piloter le Centre Wallonie-Bruxelles devait être confirmée, ne trouvez-vous pas qu’il y a là une dérogation manifeste à la séparation fonctionnelle entre cabinet et administration ?

– Le Centre Wallonie-Bruxelles ne devrait-il pas être piloté depuis Paris, afin d’avoir une direction branchée sur la vie culturelle parisienne et française ?

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
FWB : DéFI répond favorablement à l’invitation à négocier sur la base des “Lignes directrices” du PS et d’Ecolo
FWB DéFI répond favorablement à l'invitation à négocier sur la base des “Lignes directrices” du PS et d’Ecolo
De bourgmestre à député : comment garder le lien avec les citoyens ?
Région bruxelloise De bourgmestre à député : Comment garder le lien avec les citoyens ?
Enseignement : DéFI plaide pour ajouter la maîtrise de la langue française au coeur des missions prioritaires de l’enseignement !
Enseignement DéFI plaide pour ajouter la maîtrise de la langue française au coeur des missions prioritaires de l’enseignement !
DéFI en faveur de l’élargissement du cours d’éducation à la citoyenneté à 2h par semaine
élections 2019 DéFI en faveur de l'élargissement du cours d'éducation à la citoyenneté à 2h par semaine