fermeture du bois de la cambre
"Ce n'est pas la finalité qui est en cause, mais la méthode"
Le mardi 29 septembre 2020

La phase de test de circulation a démarré voici deux semaines dans le Bois de la Cambre (mise à double sens de l’avenue de Diane entre le bout de l’avenue Louise et l’avenue De Fré). L’occasion d’une salve de questions à la ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt, ce mardi en commission Mobilité du Parlement bruxellois.

Le chef de groupe DéFI Emmanuel De Bock a interrogé la ministre sur un certain nombre de points d’interrogation : « Nous partageons la finalité des modifications de l’usage à terme du Bois de la Cambre, afin qu’il ne soit plus un circuit automobile mais un parc. En revanche, sur les modalités de la mise en place du test actuellement à l’épreuve, force est de constater qu’on peut mieux faire pour éviter le report structurel prévisible sur les voiries voisines. Il faut accompagner le changement, pas l’imposer. Il y a une hypocrisie collective dans ce dossier : on nous invite à prendre plus de train mais personne n’a jugé bon d’écrire au ministre fédéral pour renforcer les cadences entre le Brabant wallon et Bruxelles, pas même le MR qui gère la compétence depuis des années. On a 6 gares à Uccle, mais la majorité locale MR-Ecolo a maintenu les abords de ces gares payantes, décourageant leur accès. Les habitants et les commerçants sont les vraies victimes de la situation actuelle et de l’absence de solution de mobilité durable dans le sud de la Région. »

DéFI demande des tests de pollution et un renforcement des services de la STIB

Pour Emmanuel De Bock, le problème posé par le Bois de la Cambre n’est pas qu’un problème de mobilité, c’est aussi un problème de santé publique qui pose la question de l’évaluation de nos politiques publiques : « On nous dit qu’un test de deux mois (jusque mi-novembre), ce sera très court pour évaluer si cela ne marche pas sans nous dire quelles autres options sont sur la table, ou pourquoi on n’a pas testé d’autres scénarios. On nous dit que la phase test est trop courte pour prévoir des mesures de pollution. Mais comment peut-on nous dire à l’avance que la qualité de l’air sera d’office meilleure ? On gagnerait à objectiver cette pollution quotidienne et à renforcer l’offre de la STIB. Si on arrive à nous dire, à la seconde près, que le bus 41 gagne du temps grâce à sa mise en site propre dans le Bois, on doit aussi être capable de nous dire combien de minutes il perd dans les embouteillages en amont et en aval de la chaussée de Waterloo. Il faut de la transparence, de la concertation locale, de la participation, et surtout de l’anticipation. Je suis convaincu qu’il est possible de co-construire un vrai projet autour du Bois sans opposer frontalement les uns aux autres et en évitant le chaos. A cet égard, l’action en justice de la commune d’Uccle illustre la tension qui existe entre deux visions opposées de la mobilité et l’échec de la concertation menée entre la Ville de Bruxelles et les communes voisines du Bois, ce qui plaide pour sa régionalisation. Cette action en justice ne vise qu’à masquer l’inertie locale du MR. Le référé judiciaire a 90% de chances d’être rejeté. Le MR le sait tellement bien qu’il n’a même pas osé aller devant le Conseil d’Etat. Étrangement, l’action en justice initiée par la commune ne vise d’ailleurs qu’à rendre accessible aux voitures l’avenue Roosevelt par l’avenue du Brésil. On est bien loin des propos matamoresques que certains ont tenu dans la presse… »

Point positif : la Ministre a rappelé que si le test n’était pas concluant, on testera d’autres options.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Lignes d’assistance : « Il faut montrer aux victimes qu’elles ne sont pas oubliées et peuvent appeler à tout moment »
violences conjugales et sexuelles Lignes d'assistance : "Il faut montrer aux victimes qu’elles ne sont pas oubliées et peuvent appeler à tout moment"
Avec SmartMove, Bruxelles fait le choix d’une fiscalité automobile plus juste et au service de la mobilité
Région bruxelloise Avec SmartMove, Bruxelles fait le choix d’une fiscalité automobile plus juste et au service de la mobilité
« L’antisémitisme, comme tous les crimes de haine, est l’affaire de tous »
Région bruxelloise "L'antisémitisme, comme tous les crimes de haine, est l'affaire de tous"
« Il faut écouter les pédagogues et accompagner les enseignants vers un enseignement hybride »
ENSEIGNEMENT SECONDAIRE "Il faut écouter les pédagogues et accompagner les enseignants vers un enseignement hybride"