ACTUALITÉS

Caterpillar
Un moment de vérité pour le gouvernement Michel
Le lundi 12 septembre 2016

En plus de s’être exprimé sur Matin Première ce lundi 12 septembre, Olivier Maingain, président de DéFI, a livré une interview de rentrée au quotidien Le Soir. Voici les temps forts.

L’affaire Caterpillar

L’émotion face à ce séisme social est certes compréhensible, cependant il n’était peut-être pas tout à fait imprévisible. « Je pense à la restructuration de 2013, avec la perte de plus de 1.600 emplois, un avertissement », rappelle Olivier Maingain. Les politiques doivent s’interroger sur leur responsabilité, leur capacité d’anticiper.

Le MR ou encore le PTB parlent de « réquisitionner Caterpillar ». Crédible ? Cette proposition est à mettre sur le compte de l’émotion. Réquisitionner revient à exproprier, ce qui génère une indemnisation. « Un outil de l’importance de Caterpillar, c’est impayable par les pouvoirs publics ! », tranche le président de DéFI.

Dans la foulée, Olivier Maingain attend le Premier ministre sur autre chose : les mesures d’accompagnement social du personnel, comme les conditions d’accès à la prépension.

Ainsi, le séisme à Caterpillar indique bien qu’il est temps de sortir de la logique ultralibérale selon laquelle l’Etat n’a pas à intervenir dans le domaine économique et que le politique n’a rien à dire. « Il est temps de casser cette conception erronée héritée de l’époque thatchérienne », pointe Olivier Maingain.

Deux priorités en matière de lutte contre le terrorisme

  • Créer une Agence fédérale du renseignement. Il est temps de rétablir l’autorité de l’Etat. « Je déposerai une proposition de loi en ce sens très prochainement au parlement fédéral », indique le président de DéFI.

Dans ses rapports, le comité R relève l’insuffisance d’échanges d’informations entre différents services comme la police fédérale et la Sûreté de l’Etat. « Alors, n’est-il pas temps de réunir dans           une seule institution spécialisée les services qui font du travail de renseignement ? », propose-t-il.

  • Prolonger la garde à vue à 48h. Cette formule garantirait la sécurité juridique et permettrait aux magistrats instructeurs de faire correctement leur travail. Si le gouvernement retient cette formule, « il y aura une quasi-unanimité au parlement fédéral », assure Olivier Maingain.

 

 

 

 

 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Pouvoirs locaux Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
DéFI veut rendre le Palais des Princes-Evêques aux Liégeois
Liège DéFI veut rendre le Palais des Princes-Evêques aux Liégeois
Discrimination à l’embauche, “il n’y a pas assez d’occasions pour en parler”
Journée mondiale de l'égalité des chances Discrimination à l’embauche, “il n’y a pas assez d’occasions pour en parler”
“Proxibus ou bus communal, nous voulons offrir une nouvelle solution de mobilité à la commune”
Yvoir “Proxibus ou bus communal, nous voulons offrir une nouvelle solution de mobilité à la commune”
Patrice Horn : « Nous gardons le cap de nos engagements en matière de transparence et de participation citoyenne »
Communales, un an après : La Hulpe Patrice Horn : "Nous gardons le cap de nos engagements en matière de transparence et de participation citoyenne"