ACTUALITÉS

Cantons judiciaires
DéFI convainc la majorité fédérale !
Le mardi 14 novembre 2017

Après plusieurs mises en garde de DéFI quant aux conséquences dommageables du projet de loi du ministre Geens visant une réorganisation des cantons judiciaires sur les justices de paix bruxelloises, Olivier Maingain, président de DéFI, Christophe Magdalijns, bourgmestre f.f. DéFI d’Auderghem et Martine Payfa, cheffe de groupe DéFI à Watermael-Boitsfort, se réjouissent que les amendements de la majorité finissent par aller dans le même sens que ceux déposés par DéFI.

 

En effet, Olivier Maingain a demandé à travers ses amendements  :

 

  • le maintien du canton d’Auderghem/Watermael-Boitsfort
  • la fusion des cantons I & II de la Ville de Bruxelles
  • la fusion des cantons III & IV de la Ville de Bruxelles
  • la création d’un canton à Ganshoren

 

Je suis heureux que notre travail parlementaire de persuasion et de vigilance, encouragé par le bourgmestre f.f. d’Auderghem, ait poussé la majorité à enfin entendre les préoccupations des juges de paix bruxellois”, indique le président de DéFI.

 

Ce rebondissement est le résultat d’une large mobilisation qui a rassemblé des milliers de citoyens, le monde de la Justice et les politiques locaux autour d’un objectif commun : le maintien d’une justice de proximité de qualité, se réjouit Christophe Magdalijns, bourgmestre f.f. DéFI d’Auderghem. C’est la démonstration que lorsqu’on fait confiance aux acteurs de terrain, il est possible de produire des projets de qualité qui renforcent la qualité de vie des citoyens et les services de proximité.

 

“Un grand soulagement pour les habitants de Watermael-Boitsfort de pouvoir garder une justice de paix de proximité. Un résultat dû aussi à une belle mobilisation d’Auderghem et de Watermael-Boitsfort”, ajoute Martine Payfa.

 

DéFI déplore toutefois le fait que le MR n’ait pas soutenu sa demande de scinder le canton concernant cinq des six communes à facilités (Rhode-Saint-Genèse, Linkebeek, Drogenbos, Crainhem, Wezembeek-Oppem) pour créer un canton propre à Rhode-Saint-Genèse, Linkebeek et Drogenbos et un autre propre à Crainhem et Wezembeek-Oppem.

 

Cette demande offrait pourtant une solution permettant de rencontrer  l’objectif du projet de loi, à savoir la sauvegarde d’une justice de proximité. Le projet du ministre Geens supprime en effet le siège de Crainhem, avec pour conséquence que les justiciables de Crainhem et Wezembeek-Oppem devront se rendre à Rhode-Saint-Genèse pour faire valoir leurs droits, avec tous les problèmes de mobilité et d’accès à la justice que cela implique.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Pénurie de médecins : Les partis francophones de la Vivaldi renient leurs promesses
INAMI Pénurie de médecins : Les partis francophones de la Vivaldi renient leurs promesses
Crise covid-19 : Il va falloir un langage plus clair à l’égard de la population
Fédéral Crise covid-19 : Il va falloir un langage plus clair à l'égard de la population
« Il faut sécuriser la Promenade verte pour une cohabitation harmonieuse des usagers »
région bruxelloise "Il faut sécuriser la Promenade verte pour une cohabitation harmonieuse des usagers"
François De Smet : « Les replis nationalistes ne résistent pas une fois que l’urgence est là »
interview François De Smet : "Les replis nationalistes ne résistent pas une fois que l'urgence est là"