ACTUALITÉS

Brexit
Proactivité et anticipation, les recommandations de Cécile Jodogne face à l’incertitude
Le mercredi 13 mars 2019

Ce mardi 12 mars, le Parlement britannique a rejeté, pour la deuxième fois, l’accord sur le Brexit, 16 jours avant la date officielle de la sortie programmée du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Accord ou non, la secrétaire d’État DéFI chargée du Commerce extérieur Cécile Jodogne, mène des actions concrètes depuis 2016 pour préparer la Région bruxelloise au Brexit. Garante de la position bruxelloise dans ce dossier, Cécile Jodogne a lancé une campagne de promotion de Bruxelles (« The future is close. Brussels is yours. ») en novembre 2018. L’objectif ? Proposer la Région bruxelloise comme une alternative complémentaire à Londres, où les entreprises pourront y poursuivre et y développer leurs activités tout en ayant la garantie d’un accès aux marchés européens.

A destination des entreprises basées à Londres susceptibles de se relocaliser, cette campagne est orientée vers trois secteurs économiques particulièrement sensibles au Brexit, soit la finance et l’assurance, l’audiovisuel et les sciences du vivant. Cécile Jodogne s’est rendue à Londres à plusieurs reprises afin de rencontrer et sensibiliser les différents secteurs visés.

Assurances et finances

Le 4 décembre dernier, Cécile Jodogne a rencontré à Londres le secteur assurances/finances, très réglementé au niveau européen.

Audiovisuel

Le 13 février dernier, Cécile Jodogne a rencontré le secteur audiovisuel londonien. “La Région bruxelloise est une alternative crédible et complémentaire pour accueillir une partie des activités des diffuseurs de chaînes de télévision paneuropéennes et américaines et les fournisseurs de vidéo à la demande implantés au Royaume-Uni”, rappelle Cécile Jodogne.

Sciences du vivant

Lors de son prochain séminaire à Londres le 19 mars prochain, Cécile Jodogne rencontrera le secteur des sciences du vivant.

Pour rappel, le Royaume-Uni est une place européenne majeure employant 220.000 personnes. Suite au Brexit, les entreprises actives dans les sciences du vivant qui y sont basées, ne perdront pas seulement accès au marché européen, mais aussi à l’éventail d’outils de financement européen, dont le Royaume-Uni est un bénéficiaire net.

En tant que capitale du pays européen faisant le plus d’essais cliniques phase 1 par habitant et ce le plus rapidement, Bruxelles est une alternative attrayante pour les entreprises souhaitant se délocaliser. Nous avons en outre un paysage fiscal intéressant au niveau de la Recherche et développement et de l’Innovation.

« J’en suis convaincue, Bruxelles offre une sécurité aux entreprises londoniennes de tous ces secteurs, afin qu’elles puissent poursuivre et développer leurs activités avec les marchés européens », conclut Cécile Jodogne.

Plus d’infos

Campagne Brexit

Secteur assurance/finance

Secteur audiovisuel

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Rapprochons les citoyens de la politique grâce à la démocratie participative !
Journée internationale de la démocratie Rapprochons les citoyens de la politique grâce à la démocratie participative !
DéFI seul parti en progression en Wallonie et à Bruxelles, Olivier Maingain personnalité préférée des Bruxellois
Sondage DéFI seul parti en progression en Wallonie et à Bruxelles, Olivier Maingain personnalité préférée des Bruxellois
Quinzaine de la BD, « c’est une fierté pour Libramont »
événement Quinzaine de la BD, "c'est une fierté pour Libramont"
Deux écoles à pédagogie active dans le quartier Josaphat
Schaerbeek Deux écoles à pédagogie active dans le quartier Josaphat