ACTUALITÉS

Semaine de la mobilité
BHNS, DéFI dénonce un projet rouleau-compresseur à Charleroi
Le jeudi 19 septembre 2019

Depuis ce mercredi 18 septembre, les habitants de Charleroi se voient présenter le projet de BHNS (bus à haut niveau de service). Pour Jean-Noël Gillard, conseiller communal à Charleroi, il s’agit d’un projet « rouleau-compresseur » dont il ne reste plus que les éléments anecdotiques à discuter avec les riverains et commerçants alors qu’il soulève encore tant d’inquiétudes légitimes (fermetures des commerces, reports du trafic routier sur les rues adjacentes ainsi que sur les avenues Mascaux et Meurée à Marcinelle, embouteillages…).

C’est d’un cynisme sans nom : « Le calendrier est arrêté, les permis ont été déposés avant même les réunions d’information ».

La position de DéFI n’a jamais varié. Le projet de BHNS souffre de plusieurs manquements qui ont été mis en évidence lors de la réunion informative au centre culturel de Mont-sur-Marchienne du 18 septembre : 

  • Une vision globale, cohérente et objectivée des besoins en termes de mobilité. C’est la raison pour laquelle DéFI a toujours demandé une analyse complémentaire à l’étude réalisée dans le cadre du Plan communal de mobilité et qui ne se fonderait pas uniquement sur le critère du comptage des flux de véhicules.
  • Une évaluation socioéconomique sérieuse du projet de BHNS. Le projet de BHNS « devrait » potentiellement toucher 55.000 ménages sur un bassin qui compte 600.000 habitants. « L’utilisation du mot « potentiellement » est révélatrice du manque d’analyse pour le développement de la mobilité pour le sud de Charleroi« , note Jean-Noël Gillard.

Le développement du transport en commun poursuit plusieurs objectifs et doit répondre aux besoins et enjeux démographiques, économiques et sociétaux qui se posent et se poseront à Charleroi. Même s’il ne s’agit pas d’une contrainte légale, la vision « FAST » doit être complétée par une identification de ces besoins selon des critères objectifs, à Charleroi et dans les communes voisines.

  • Une vraie évaluation des incidences environnementales. Les échanges d’hier ont permis de mettre en exergue que les permis BHNS ont été déposés avec leur notice qui ne mesure à ce stade que les principaux paramètres écologiques du projet. Le Code de l’environnement est sans appel. Le projet de BHNS aura une incidence notable sur l’environnement et requiert dès lors « une étude d’incidence environnementale scientifique et complète ». Par ailleurs, si le projet de BHNS est déjà repris dans des plans ayant fait l’objet d’une évaluation des incidences, les porteurs du projet n’en sont pas pour autant dispensés au regard de la législation wallonne.

En conséquence, DéFI exige :

–         Des justifications claires quant à la nécessité d’imposer un sens unique sur l’Avenue Paul Pastur

–         La réalisation d’une enquête d’incidence afin d’estimer les conséquences du BHNS sur les quartiers environnants

–         Une véritable concertation avec les riverains et les commerçants des artères impactées. Celle mise en œuvre repose sur un tirage au sort des personnes amenées à participer aux groupes de travail. C’est anti-démocratique !

–         Une analyse d’impact du report de charge sur les avenues Eugène Macaux et  Marius Meurée à Marcinelle.  Ces avenues sont en effet coincées entre les deux artères concernées par le BHNS et le risque est avéré pour les riverains et commerçants de souffrir une circulation inacceptable et dangereuse.

 

DéFI sera particulièrement attentif aux aspects juridiques du dossier et fera valoir ses contestations dans le cadre de l’enquête publique.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
« Les grands centres commerciaux font partie d’une logique du passé »
Média "Les grands centres commerciaux font partie d'une logique du passé"
DéFI appelle à un « plan Marshall » pour l’enfance précarisée
lutte contre la pauvreté DéFI appelle à un "plan Marshall" pour l'enfance précarisée
L’app « Fluicity » pour être davantage à l’écoute des citoyens
Ganshoren L'app "Fluicity" pour être davantage à l'écoute des citoyens
10 ans du Centre Malou : « Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent »
Woluwe-Saint-Lambert 10 ans du Centre Malou : "Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent"