ACTUALITÉS

Wallonie
AViQ : de l’exemplarité et de la transparence versus mauvaise gouvernance !
Aviq
Le mercredi 13 janvier 2021

L’AViQ, l’agence wallonne pour la qualité de vie, n’a donc plus de capitaine. Le mandat de l’administratrice générale, Alice Baudine, n’a pas été reconduit, et la Région n’a pas anticipé son remplacement. L’intérim est assuré en déforçant la branche handicap de son inspecteur général, qui sera épaulé par les représentants PS et Ecolo du Conseil général de l’AVIQ.

Alice Baudine jusqu’alors administratrice générale, quitte l’AVIQ, en charge de la coordination de la gestion de la pandémie en Wallonie, tandis que Yvon Englert a annoncé sa démission de la task force fédérale pour se concentrer pleinement à sa mission de délégué général de la cellule Covid-19 à la Région wallonne. Le bateau qui affronte la tempête COVID n’est donc pas tout à fait sans capitaine, heureusement.

En ces moments de crise, il y a lieu, selon Pascal Goergen, Président de DéFI en Wallonie, « de faire confiance au professionnalisme des agents qui font chaque jour le maximum pour répondre de leur mieux aux enjeux de cette pandémie. Cela ne veut pas dire que tout fonctionne comme il se doit, mais il y a un temps pour tout, pour la gestion de crise et pour les questions de bonne gouvernance. »

Car ces mouvements à la tête de l’institution wallonne posent quelques questions importantes, à un moment où la confiance et la transparence sont cruciales pour gérer la crise. Dans le cas présent, la responsabilité est grande. Comme chaque service public, l’AViQ doit assurer la continuité du service. Pourquoi mettre fin à un contrat sans prévoir la suite, surtout s’il s’agit d’un simple non-renouvellement ? 

Conséquence : on est en proie à une rupture nette : c’est politiquement totalement irresponsable en période de pandémie !

Si cette fin de mandat était prévisible, cette vacance de fonction est inacceptable. Il était de la responsabilité des décideurs de prévoir le remplacement de ce poste crucial, voire une transition sereine pour assurer la continuité du service public.

Rappelons qu’aucun poste aussi stratégique ne devrait fonctionner sans un adjoint à même d’assurer l’intérim. Or d’adjoint, il n’y en avait point, depuis des années. Cela est fort regrettable. Question : quelle en est la raison ? Réponse : un équilibre politique à assurer. « Espérons qu’il n’en est rien », rajoute le responsable wallon de DéFI car « ce “sacro-saint principe de l’équilibre politique » en vigueur dans l’état PS soutenu par le MR et Ecolo est selon DéFI totalement incompatible avec la bonne gouvernance.

Qu’un recrutement pour un poste aussi important prenne six mois, semble être la norme dans les administrations. DéFI souhaite en tout cas une procédure claire et transparente.

Quels seront les critères de désignation ? Qui composera le jury ? Les jeux sont-ils déjà faits ainsi que le sous-entendent certains articles de presse ?

Au nom de DéFI, nous exprimons le vif souhait que :

● la continuité du service soit assurée dans l’intérêt des citoyens

● que le travail constant fourni par le personnel depuis le début de la crise ne soit pas mis à mal

● la procédure de recrutement soit efficace, rapide, et totalement transparente ;

● que les postes de direction soient confiés à des personnes choisies pour leurs compétences plutôt que pour leurs appartenances politiques.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
DéFI Wallonie demande une diminution du coût de l’abonnement TEC pour les moins de 25 ans
Mobilité DéFI Wallonie demande une diminution du coût de l'abonnement TEC pour les moins de 25 ans
Réouverture de l’Horeca, les bourgmestres DéFI réagissent
CODECO Réouverture de l’Horeca, les bourgmestres DéFI réagissent
Des tests de mobilité qui pourraient isoler Bruxelles
mobilité Des tests de mobilité qui pourraient isoler Bruxelles
Centre de distribution urbain : un projet à faible valeur ajoutée qui n’améliore ni l’emploi, ni l’activité économique
Charleroi Centre de distribution urbain : un projet à faible valeur ajoutée qui n’améliore ni l’emploi, ni l’activité économique