ACTUALITÉS

Woluwe-Saint-Lambert
Appel à projet pour les projets de solidarité internationale et une nouvelle installation à l'assaut de Wolubilis
Le jeudi 8 avril 2021

Chaque année, Woluwe-Saint-Lambert consacre un budget au soutien de projets de coopération au développement ou de sensibilisation aux enjeux de la solidarité internationale. Depuis quelques jours, le toit du théâtre Wolubilis à Woluwe-Saint-Lambert est pris d’assaut par des mannequins ornés de paraboles dorées réalisées par le collectif VOID.

La proposition d’inclure un budget solidarité internationale

Cette année encore, le Collège des bourgmestre et échevins a proposé au Conseil communal de Woluwe-Saint-Lambert d’inclure un budget solidarité internationale dans le budget. A l’occasion du dixième anniversaire du partenariat entre Bandalungwa (République démocratique du Congo, ville province de Kinshasa) et Woluwe-Saint-Lambert, le Collège a décidé d’inciter des associations souhaitant mener des projets au bénéfice de la population de Bandalungwa de déposer une demande de soutien financier. Pour être éligible, il doit s’agir de projets : 

  • de coopération dans un pays en développement ou de projets de sensibilisation aux enjeux Nord-Sud auprès de la population de Woluwe-Saint-Lambert ;
  • qui ont un lien avec Woluwe-Saint-Lambert ;
  • qui sont développés en partenariat avec des acteurs locaux.

Wolubilis pris d’assaut

Le Centre culturel Wolubilis soutient les artistes et est reconnu pour sa spécialisation en arts plastiques. Olivier Maingain, bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, chargé de la Culture, est très attentif à offrir un terrain d’expression aux artistes dans l’espace public, mettant aussi l’art à la portée du plus grand nombre. 

VOID est un collectif de plasticiens créé et basé à Bruxelles depuis 2013, qui fut lauréat du Prix Médiatine en 2015, et du Salomon Residency Award à New-York en 2019).  Les artistes ont décidé d’investir le toit du théâtre de Wolubilis car le format est beaucoup moins parlant et intéressant en intérieur pour l’installation. “Le fait d’avoir une silhouette humaine sur un toit, cela va forcément interpeller les passants. De plus, dans un musée, une œuvre est protégée. Alors que dans l’espace public, elle est en confrontation directe avec le public et suscite le débat, l’intérêt, précise Arnaud Eeckhout, l’un des artistes du collectif VOID. “La parabole est un outil de la communication, dans l’idée de transmettre un message. On a déjà d’autres pièces. Cette fois-ci elles sont plus explicites, tels des hauts parleurs dorés.” L’idée de cette œuvre vient du programme “Voyager” de la NASA. Lancé en 1977, le but était de mettre en orbite des sons et des images de l’humanité de la même façon que l’on jetterait une bouteille à la mer. Dans la même optique, ces figures humaines tournées vers le ciel apparaissent dans l’espace public à la quête d’un récepteur dans une tentative de communication. 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
“Je pense que la notion de dialogue interreligieux doit pouvoir intégrer le référentiel des cours de philosophie et citoyenneté”
ENSEIGNEMENT “Je pense que la notion de dialogue interreligieux doit pouvoir intégrer le référentiel des cours de philosophie et citoyenneté”
“Ce que veulent les citoyens, ce sont des solutions”
INTERVIEW “Ce que veulent les citoyens, ce sont des solutions”
Comment améliorer la performance énergétique et de durabilité des logements en Wallonie  ?
Replay Comment améliorer la performance énergétique et de durabilité des logements en Wallonie ?
DéFI se positionne pour une réponse plus juste aux enjeux du dérèglement climatique
Coalition Climat DéFI se positionne pour une réponse plus juste aux enjeux du dérèglement climatique