ACTUALITÉS

Région bruxelloise
“Actiris doit fournir des garanties solutions aux employeurs”
Le mardi 10 décembre 2019

Ce vendredi 6 décembre, Bernard Clerfayt, ministre bruxellois de l’emploi et de la formation, était l’invité de Fabrice Grosfilley sur BX1+ pour exposer sa vision des missions d’Actiris auprès des entreprises.

Passer par Actiris pour une recherche d’emploi

Faut-il imposer aux entreprises de passer par Actiris lorsqu’elles recherchent un nouvel employé ? C’était la question centrale de l’interview de Bernard Clerfayt sur BX1. L’objectif du ministre bruxellois est clair : permettre aux Bruxellois en recherche d’emploi de trouver un job à Bruxelles. « On sait qu’il y a plus de 800.000 emplois en Région bruxelloise mais beaucoup trop de ces emplois sont occupés par des navetteurs. Les Bruxellois n’ont pas toujours l’occasion de s’y présenter. Mon objectif est donc de permettre aux Bruxellois de trouver un emploi à Bruxelles. »

Un arrêté royal depuis 1969

Non appliqué dans la pratique, l’obligation de s’adresser à Actiris lors de l’ouverture d’un poste dans son entreprise est pourtant déjà obligatoire. « Cette idée de s’adresser à Actiris pour une offre d’emploi n’est pas nouvelle. C’est déjà une obligation légale puisqu’un arrêté royal de 1969 impose aux entreprises de transmettre leurs offres, à l’époque, à l’ONEM. Cette obligation légale fonctionne d’ailleurs très bien en Flandre. De l’autre côté de la frontière linguistique, la relation entre les employeurs et le VDAB (équivalent d’Actiris) est excellente. Beaucoup d’entreprises ont recours au VDAB presque systématiquement pour leurs offres d’emploi. »

Et à Bruxelles ?

Pour Bernard Clerfayt, le problème à Bruxelles est la réputation d’Actiris. « Par le passé, Actiris n’a pas toujours été en mesure de donner les bonnes réponses aux employeurs. Certains employeurs sont un peu réticents à travailler avec l’Office Régional Bruxellois de l’Emploi. Mais Actiris s’est beaucoup amélioré et va continuer à le faire ! Actiris doit aussi fournir une garantie solutions aux employeurs qui cherchent de la main d’œuvre. Je veux que l’Office Régional devienne le partenaire privilégié des employeurs. Actiris est aussi prescripteur de formation professionnelle pour orienter les demandeurs vers des formations adéquates par rapport à la demande des entreprises. »

Les grandes entreprises d’abord

Le ministre bruxellois de l’emploi vise, dans un premier temps, les grandes entreprises. « On va évidemment commencer avec les grandes entreprises. Actiris va améliorer son interface avec les employeurs « de toutes tailles ». Cela permettra aux entreprises d’entrer leurs critères de recherche et d’être redirigées vers les profils des demandeurs d’emploi « compatibles ». Actiris évolue pour se mettre au service des entreprises et répondre intelligemment à leurs demandes. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Pénurie de médecins : Les partis francophones de la Vivaldi renient leurs promesses
INAMI Pénurie de médecins : Les partis francophones de la Vivaldi renient leurs promesses
Crise covid-19 : Il va falloir un langage plus clair à l’égard de la population
Fédéral Crise covid-19 : Il va falloir un langage plus clair à l'égard de la population
« Il faut sécuriser la Promenade verte pour une cohabitation harmonieuse des usagers »
région bruxelloise "Il faut sécuriser la Promenade verte pour une cohabitation harmonieuse des usagers"
François De Smet : « Les replis nationalistes ne résistent pas une fois que l’urgence est là »
interview François De Smet : "Les replis nationalistes ne résistent pas une fois que l'urgence est là"